jeudi 14 mai 2020

Se servir du mal pour accomplir le bien

Ce n'est pas « un fonds » quelconque, comme le fait écrire l'ignorant responsable des titres et manchettes du journal « Le Devoir », c'est le « Fonds souverain de la Norvège » qui abandonne les sables bitumineux !
Et, comme les sources de ce fonds résident dans le pétrole, donc dans le mal, on doit féliciter la Norvège de, paradoxalement, faire servir ce mal au bien, contrairement à ce que font d'habitude la plupart des pays !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire