lundi 23 juillet 2018

Une Église pour les autres, non pour elle-même

C'est dans cette église, de l'Église Unie du Canada, de la rue Sainte-Catherine Est, à Montréal, qu'officie une pasteure d'origine chilienne, Rosa Elena, qui a succédé à son mari, également chilien.
Il y a aujourd'hui, dans le journal « Le Devoir », un article, intitulé « Les Révolutionnaires de l'Église Unie », et portant sur l'apostolat de ces deux pasteurs, que vous pouvez lire ici.
Un passage de l'article m'a particulièrement édifié :


Nous ne sommes pas religieux », lance le plus naturellement du monde Gonzalo Cruz, le mari de Rosa Elena et pasteur retraité à qui elle a succédé. « Je sais, la phrase est forte, mais la religion de Jésus a été d’aider les autres pour que les gens soient heureux, les petits comme les faibles. Ce n’étaient pas les rites, les dogmes, les obligations et tous les abus. Tout ça n’existe pas dans l’Évangile. »

Si je n'étais pas mécréant, je serais protestant de cette paroisse-là car je sais que cette église n'est pas  l'antre doré des successeurs de Pierre, dont le crucifiement tête en bas, un révélateur « acte manqué », n'est pas sans signification à propos des agissements de l'église qu'il a fondée et prétendue issue de Jésus-Christ, agissements qui vont à l'encontre de l'Évangile (je l'ai dit ailleurs), comme le décrit l'ancien pasteur Cruz dans le passage de l'article que je viens de citer.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire