mardi 31 juillet 2018

Température du jour à Arvida (31 juillet 2018)


La course du train de nuit

« La course du train de nuit », une toile de 1926 du peintre sicilien d'obédience futuriste, Pippo Rizzo, né à Corleone, comme tant de membres de la mafia, ce qu'il n'était pas.

Été d'enfer climatique et culturel

Crédit photo : Joseph Edelson/Agence France Presse

Et pas seulement au point de vue climatique !
Voir ceux, qui, comme nous, sont et ont été victimes d'une barbare tentative de génocide anglo-saxonne, prendre parti contre nous et non contre les véritables coupables, cela donne des froides chaleurs et donne lieu à des résolutions pour l'avenir.

lundi 30 juillet 2018

dimanche 29 juillet 2018

Température du jour à Arvida (29 juillet 2018)


Plage montréalaise

Je ne sais pas si elle est aussi agréable qu'elle m'apparaît, ici, dans mon fauteuil, devant mon ordinateur, mais la vue de cette plage « harmonie en bleu et jaune », près de la tour de l'Horloge et devant le pont Jacques-Cartier, dans le Vieux-Port de Montréal, me plaît bien.
Mais de la vue à la chose ...

Désir inconnu

Peut-être ces étourneaux néerlandais dessinent-ils leur désir dans le ciel cuivré.
Mais quel est-il ?
Qui le devinera ?

samedi 28 juillet 2018

Température du jour à Arvida (28 juillet 2018)


Des noullles humaines pour les cochons

Un démon (japonais) faisant une abaisse d'un être humain, utilisant un roseau en guise de rouleau à pâtisserie, afin de pouvoir le découper en languettes de nouilles, car il a faim.
Moi, les nouilles, je les donnerais aux cochons !

mardi 24 juillet 2018

Température du jour à Arvida (24 juillet 2018)


Le diable Vésuve

Crédit photo : Monique Durand

Le bel automne (et frais ?) en Campanie et le diable Vésuve qui menace derrière.
Belle image de notre vie à tous !

Pirolle en colère

On dirait que cette pirolle bleu de Taïwan m'attribue le temps infernal qui nous accable ces jours-ci, interminablement.
L'air fâché de ses yeux me donne presque l'envie de fuir dans un pays froid !
Mais en reste-t-il ?
Où sont-ils ?
M'y poursuivrait-elle ?

lundi 23 juillet 2018

Température du jour à Arvida (23 juillet 2018)


Une Église pour les autres, non pour elle-même

C'est dans cette église, de l'Église Unie du Canada, de la rue Sainte-Catherine Est, à Montréal, qu'officie une pasteure d'origine chilienne, Rosa Elena, qui a succédé à son mari, également chilien.
Il y a aujourd'hui, dans le journal « Le Devoir », un article, intitulé « Les Révolutionnaires de l'Église Unie », et portant sur l'apostolat de ces deux pasteurs, que vous pouvez lire ici.
Un passage de l'article m'a particulièrement édifié :


Nous ne sommes pas religieux », lance le plus naturellement du monde Gonzalo Cruz, le mari de Rosa Elena et pasteur retraité à qui elle a succédé. « Je sais, la phrase est forte, mais la religion de Jésus a été d’aider les autres pour que les gens soient heureux, les petits comme les faibles. Ce n’étaient pas les rites, les dogmes, les obligations et tous les abus. Tout ça n’existe pas dans l’Évangile. »

Si je n'étais pas mécréant, je serais protestant de cette paroisse-là car je sais que cette église n'est pas  l'antre doré des successeurs de Pierre, dont le crucifiement tête en bas, un révélateur « acte manqué », n'est pas sans signification à propos des agissements de l'église qu'il a fondée et prétendue issue de Jésus-Christ, agissements qui vont à l'encontre de l'Évangile (je l'ai dit ailleurs), comme le décrit l'ancien pasteur Cruz dans le passage de l'article que je viens de citer.


Le haïku de l'enfer de juillet



Le haïku de l'enfer de juillet

soleil implacable
bâtard de l'enfer juillet
où est le sommeil



dimanche 22 juillet 2018

Température du jour à Arvida (22 juillet 2018)


Faux loup

À qui sont ces mains qui dessinent sans cesse la tête d'un méchant loup que nul n'a jamais vu ?

Voyages, voyages, il y a longtemps déjà

Une vue rapprochée du rocher Percé, que l'on pourrait rebaptiser « rocher Doré » sous cette lumière.
On voit bien l'énorme échancrure laissée par l'écroulement de la deuxième arche, en 1845.
Un article du journal « Le Soleil » de Québec (ici) sur la rénovation de l'auberge Le Coin du banc m'a permis de retrouver cette photo, au moyen de Google.
Et de retrouver le souvenir de l'auberge, où nous avions dîné, ma famille et moi, lors de ce tour de la Gaspésie effectué il y a 35 ans avec notre fils de 7 ou 8 ans, entre deux voyages à Orlando (DisneyWorld, et particulièrement EPCOT Center et le World Showcase), Tampa et la côte ouest de la Floride, sur le golfe du Mexique, à St. Petersburg Beach et à Sarasota, notamment, et du nord de la côte atlantique, Daytona Beach et Saint Augustine, par exemple.
C'est lors de ces voyages, aussi bien en Gaspésie qu'en Floride, que notre fils a appris à toujours commander ce qui lui plaît au restaurant, c'est-à-dire les plats les plus chers.
J'ai retrouvé une photo de la salle à manger de l'auberge : 

Ces photos ne sont pas les nôtres et de datent peut-être pas de l'époque de notre voyage : comment retrouver nos photos argentiques ?
Car les murs de la salle à manger comportaient davantage de tableaux et d'œuvres d'art que la propriétaire collectionnait.
Selon nos souvenirs, la cuisine était savoureuse.

samedi 21 juillet 2018

Température du jour à Arvida (21 juillet 2018)


Appropriation culinaire

Me verrai-je houspillé pour avoir mangé un « poké bol » de saumon à la confection duquel aucun Hawaïen n'a participé ?
Surtout qu'il était accompagné de quelques morceaux d'une baguette à la confection de laquelle aucun Français n'a pris part !
Aurai-je des remords ou serai-je indifférent d'avoir ainsi participé à une opération d'appropriation culinaire ?

Devinez !

Ce chien à la fenêtre

Ce chien à la fenêtre, devant un doux paysage de neige, je l'envie ce matin, alors que, plongé dans la chaleur suffocante, je m'y noie, malgré l'air climatisé et les pales des ventilateurs.

vendredi 20 juillet 2018

Température du jour à Arvida (20 juillet 2018)


Un profil

Un profil de réseaux sociaux !

Une involontaire prophétie

Quelqu'un demandait, dans un site français consacré à l'histoire, pourquoi le Christ sur la croix était représenté la tête en bas sur la façade de cette église (ou d'une autre, je ne sais : ici vous voyez celle de l'église Saint-Pierre-de-la-Tour-d'Aulnay).
La réponse est que ce n'est pas Jésus-Christ qui est représenté mais saint Pierre, qui avait demandé d'être crucifié ainsi. 
On nous disait quand j'étais jeune (et cocu-croyant) que c'était par humilité qu'il avait fait cette demande car il ne voulait pas être crucifié dans la même position que Jésus-Christ.
Mais en y réfléchissant j'ai pensé qu'il avait ainsi révélé, de manière quasi prophétique (une sorte d' « acte manqué »), ce que serait la religion qu'il avait fondée en la prétendant issue de Jésus : l'inverse de ce qu'elle devrait être, une monarchie plus qu'impériale, favorisant les gens qui ressemblent à ceux-là qui la dirigent, les rois, les grands, les riches, les politiciens, les financiers, etc.
Comme certains l'affirmaient dans les commentaires qui suivaient cette question, cette crucifixion inversée est le signe du Malin, au service de qui œuvrent les églises chrétiennes.
Et si vous connaissez un peu les évangiles, vous savez comme moi, que cette demande n'était pas la première trahison  de Simon, dit Pierre, à l'égard de Jésus.

jeudi 19 juillet 2018

Température du jour à Arvida (19 juillet 2018)


Grosse poire (non, pas celui que vous imaginez)

Une poire de Botero.
Elle est obèse, comme tout chez Botero.
Je ne sais pas ce que sa chair goûte mais si elle a le goût de la passe-crassane, j'en voudrais une que je mangerais en peu de jours (ou d'heures mais alors, avec risques).
Si elle n'a aucun goût, quelles rondeurs !

Un cygne navré

Venise vue du ciel !
N'y a-t-il pas la tête d'un cygne peut-être navré dans la photo ?
Ne regarde-t-il pas l'arrivée d'un monstrueux paquebot ?

Un énorme béluga dans le ciel

Il a une bonne bouille ce nouvel avion cargo appelé « Béluga XL » d'Airbus, ne trouvez-vous pas ?
Il rappelle ses modèles qui folâtrent à l'embouchure du fjord Saguenay, à Tadoussac.

mercredi 18 juillet 2018

Température du jour à Arvida (18 juillet 2018)


Londres la bleue

Crédit photo : John Warburton Lee/hemis.fr

Cette photo,  avec ses bleus éblouissants, donne une idée extrêmement avantageuse de Londres et du bâtiment à sommet ovoïde que les Londoniens appellent le « Gherkin ».
Ayant déjà parcouru à pied ce quartier, je suis sûr que la réalité est moins belle.
Mais la photo me donne nonobstant envie de m'envoler vers la capitale anglaise.

Thésée et le Minotaure

C'est une toile de Michael Leonard datant de 1969 et intitulée « Thésée et le Minotaure ».
Alors qu'habituellement les œuvres représentant ces deux protagonistes les montrent se combattant, cette toile les montre comme des copains, si je puis dire.
Disons des boxeurs avant un combat loyal.
Peut-être se ressemblaient-ils, en effet, ces deux protagonistes, et peut-être auraient-ils pu s'entendre !
Et profiter de la situation ...
Dans la légende, le Minotaure était ce qu'on pourrait appeler le méchant et Thésée le bon, mais Thésée, les autres légendes le concernant en font foi, n'était pas un « bon », même si les Athéniens le considéraient comme un héros : il a, en effet, abandonné Ariane, celle qui, avec le fil qui porte son nom, l'avait aidé à se retrouver dans le labyrinthe où était enfermé le Minotaure ; il a causé la mort de son père, Égée, par sa négligence ; et il a voué, par jalousie, son fils Hippolyte à la mort.
Bref, rien de sympathique, chez lui.
Si on ajoute que le couple qu'il forme avec le
Minotaure est sans doute à l'origine mythique de la corrida, dont notre guide Francesca, à Ronda, comparaît la pratique à celle qui a cours dans les abattoirs, on pourrait dire qu'il est absolument antipathique.
Contrairement à l'image que la toile de Leonard donne de lui et de son copain.

mardi 17 juillet 2018

Température du jour à Arvida (17 juillet 2018)


Ni les fêtes, ni la chaleur

Ces jours-ci, comme moi, il n'y a pas que les fêtes qu'il n'aime pas : li y a la chaleur et un soleil trop intense !
Vivement le bel automne !

Constellations nées d'un coup de feu différent du Big Bang

Ce sont les constellations que les auteurs de fusillades de masse des USA rêvent de voir éclater dans tout leur pays (dans les écoles, les églises, les universités, particulièrement) et, peut-être, sur toute la Terre.
Cette œuvre s'intitule « Constellations no 26 » et a été créée par Zhao Zhao, un artiste dont l'origine chinoise n'est pas sans conséquences sur les pratiques artistiques.

lundi 16 juillet 2018

Température du jour à Arvida (16 juillet 2018)


La pierre de Rosette

Sur la partie supérieure de la pierre de Rosette, voyez quelques-uns des hiéroglyphes qui ont été les premiers déchiffrés par Champollion, au cours des années 20 du 19e siècle (il y a bientôt 200 ans).
Dans une vidéo publiée récemment sur Facebook, le British Museum (où se trouve la pierre de Rosette) n'a pas mentionné une seule fois le nom de Champollion dans l'histoire qu'il raconte de la pierre et de son déchiffrement : cela est, à mon sens, d'une indignité et d'une petitesse que l'on pourrait qualifier de « trumpestes » !
Voici une photographie de la totalité de la pierre, avec, en haut, le texte en hiéroglyphes, au milie le texte en démotique, en bas, le texte en grec :


Marmites de l'enfer

Rien ne pouvait davantage me faire plaisir que cette image d'enluminure du « Livre de la Vigne nostre Seigneur » (vers1450-1470) : on y voit bouillir dans la marmite de l'enfer les membres du clergé, du plus petit moine au pape !
Et penser que le feu est éternel !

Hélas, pure imagination !
Pure imagination, également, cette autre marmite, non représentée, où sont bouillis les rois et autres politiciens.
Voici les deux, pour nous faire plaisir, même seulement platoniquement :