dimanche 8 janvier 2017

L'IRRUPTION DES DÉMAGOGUES DANS LES DÉMOCRATIES OU D'OBAMA À TRUMP

Tiré de Books, un article d' Olivier Postel-Vinay intitulé « De la démocratie en Amérique »,  paru initialement dans Libération, le 3 février 2016 :

L'IRRUPTION DES DÉMAGOGUES 
DANS LES DÉMOCRATIES


« Dans les démocraties où la loi gouverne, il n’y a point de démagogues; et les citoyens les plus respectés ont la direction des affaires », écrit Aristote dans un chapitre sur « les différentes formes de démocratie » (Politique, livre XIII). Les démagogues surgissent quand « la loi » ne gouverne plus, c’est-à-dire quand les institutions ne sont plus respectées : quand les démocraties vont mal. C’est le cas aujourd’hui aux États-Unis et dans plusieurs pays d’Europe, dont la France. A l’origine, le démagogue (démos , le peuple et agogos, le guide), désignait tout meneur d’une faction populaire. La connotation négative est apparue très tôt. Une figure iconique est Cléon, qui profita de la peste et de la mort de Périclès pour instaurer à Athènes un pouvoir fondé sur la flatterie du plus grand nombre, le dénigrement des élites et la calomnie. Il est l’antithèse de Périclès, tel du moins que le présente Thucydide : « C’est qu’il avait, lui, de l’autorité, grâce à la considération dont il jouissait et à ses qualités d’esprit […]. Au lieu de se laisser diriger par la foule, il la dirigeait […] il ne parlait jamais en vue du plaisir, et il pouvait au contraire mettre à profit l’estime des gens pour s’opposer même à leur colère ».

Aucun commentaire:

Publier un commentaire