mercredi 22 avril 2015

La vengeance de l'Inca

C'est (sans doute) une représentation européenne du supplice d'Atahualpa, le dernier Inca.
Elle date évidemment du 16e siècle et, par ignorance, on représente l'empereur sous les traits d'un monarque européen.
L'illustrateur voulait sans doute montrer que les génocidaires espagnols faisaient leur devoir et exterminaient les païens, même les rois et autres dignitaires.
À mon avis la représentation de ce supplice d'un monarque ayant les traits d'un monarque européen a rendu à moyen et à long terme un mauvais service aux monarques européens.
Longtemps, les exécutions de rois ont été individuelles : un individu accomplissait le meurtre du monarque, dans le cadre d'un complot.
À partir du siècle qui suit la publication de cette illustration et, selon moi, parce que celle-ci a accrédité l'idée et la possibilité, les monarques européens pourront eux-mêmes être exécutés par leur peuple, ou une partie de celui-ci, au terme d'un procès.
On pourrait appeler ces exécutions (Charles Ier d'Angleterre, Louis XVI, par exemple) la vengeance de l'Inca.
Il ne reste aujourd'hui à celui-ci, où qu'il soit, (ou à ses héritiers) qu'à faire en sorte que les peuples qui ont procédé aux génocides des autochtones du Nouveau Continent subissent le sort de quelques-uns des monarques qui régnaient sur eux.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire