dimanche 31 août 2014

« La Question de l'abstraction » au Musée d'art contemporain de Montréal

Lors de notre séjour à Montréal il y a deux semaines (du 15 au 21 août), nous sommes allés voir l'exposition du 50e anniversaire du Musée d'art contemporain consacrée aux dons d'œuvres reçues pendant cette période, des œuvres qui ont vu le Québec passer d'un veule bas Moyen Âge politique et religieux à la modernité et à une (encore partielle) liberté.
Cette exposition s'intitule « La Beauté du geste, 50 ans de dons ».
Il y avait aussi d'autres expositions en cours et, particulièrement, celle qui s'intitule « La Question de l'abstraction ».
Celle-ci comprend la plupart des œuvres qui ont appelé la révolution des esprits qui a fait entrer le Québec dans la modernité.
Vous voyez dans la photo ci-dessus quelques œuvres marquantes de la « salle 2 » de l'exposition, une toile de Paul-Émile Borduas, une autre de Jean-Paul Riopelle et trois sculptures de Robert Roussil :
Les voici (excusez-en la qualité visuelle, je les tire de cette photo numérisée à partir d'un dépliant produit par le Musée) :

 « Sans titre no 34 » de Paul-Émile Borduas

« Landing » de Jean-Paul Riopelle


Chacune de ces trois sculptures de 
Robert Roussil s'intitule « Sans titre, 1954 »

Le titre « Sans titre » que les auteurs donnent le plus souvent à ces œuvres visent à ne pas emprisonner le spectateur dans une interprétation, à le libérer d'interprétations pré-établies par des « autorités » plus hautes : libre interprétation, libération : c'était l'objectif premier de la révolution politique et religieuse (en réalité, mentale) qu'appelaient ces œuvres et leurs auteurs, dont certains, persécutés, ont dû s'exiler, sans avoir vu leur triomphe posthume (pas encore complet, le Québec est encore actuellement aux mains d'esclavagistes) !

P. S. Ma femme a excellemment (comme d'habitude) parlé de cette exposition dans son blogue (ici). Elle l'avait visitée lors d'un séjour antérieur à Montréal (« Y a-t-il une question dans la salle? » est le titre de son billet).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire