lundi 28 avril 2014

Sitôt que sonne ton obole/Du feu brûlant l'âme s'envole !

C'est le dominicain allemand Johan Tetzel qui est représenté dans ce dessin.
Il vivait au début du 16e siècle et a été l'un des plus gros vendeurs d'indulgences pour la reconstruction de la basilique Saint-Pierre de Rome.
Les papes manquaient en effet d'argent pour reconstruire Saint-Pierre.
Ils ont donc décidé de faire vendre des indulgences, surtout en Allemagne.
Une indulgence plénière, selon la théorie qu'ils exposaient aux fidèles, permettaient de raccourcir le séjour des âmes au purgatoire.
On pouvait en acheter pour hâter le salut des membres de sa famille décédés, voire de ses ancêtres.
Encore aujourd'hui on vend des messes dédiées à l'âme des défunts pour la même raison.
Au 16e siècle, le moine Tetzel organisa donc le commerce des indulgences.
Il composa même deux vers (en allemand), qu'il récitait lors de ses prêches enflammées de vendeur, afin de montrer comment l'achat d'une indulgence fonctionnait :

Sobald das Geld im Kasten klinkt!
Die Seele aus dem Fegfeuer springt!



On peut les traduire ainsi :

À peine dans le tronc est tombée une obole
Du purgatoire une âme au paradis s'envole.


ou ainsi  (meilleure traduction, à mon avis) :

Sitôt que sonne ton obole,
Du feu brûlant l'âme s'envole !


Tetzel, les papes qui le télécommandaient, les cardinaux et archevêques qui favorisaient la vente des indulgences, sont les principales causes de la révolte qui a mené à l'établissement du Protestantisme.
S'il existe une vie éternelle, les âmes de ces gens ne peuvent s'échapper du « feu brûlant » de l'enfer ! 
Ni l'âme de tous ceux qui, au cours des millénaires et des siècles, ont exercé un quelconque pouvoir sur les âmes (et les corps) des humains crédules (et autres).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire