lundi 25 mars 2013

Un ange de la Sainte-Chapelle

Il n'y a pas que des vitraux à la Sainte-Chapelle à Paris.
Il y a aussi des anges comme celui-ci, particulièrement autour de l'autel reliquaire que Louis IX (que vous connaissez peut-être sous le nom de saint Louis) a fait édifier pour conserver avec faste ce qu'il croyait être un morceau de la vraie croix et la couronne d'épines (voir la photo ci-dessous) de Jésus-Christ qu'il avait acquis pour des milliards de dollars (en monnaie du temps : on dit l'équivalent de dix milliards de dollars) aux Croisés latins qui les avaient volés lors de la prise de Constantinople en 1204 (quatrième croisade).
À ces reliques d'autres s'ajoutèrent progressivement : notamment le Saint Sang et la Pierre du Sépulcre, un clou de la crucifixion, et des morceaux de la Sainte Lance et de la Sainte Éponge.
Le roi faisait ainsi coup double : en premier lieu, il croyait attirer sur sa tête et sur la France les bénédictions du Dieu auquel il croyait (je ne crois pas qu'il ait obtenu ces bénédictions car il a perdu toutes les croisades qu'il a entreprises et est mort de la peste lors de la seconde).
En second lieu, il croyait, avec ces reliques, attirer à Paris tous les pèlerins de la Chrétienté et toutes les richesses que ceux-ci allaient y dépenser pour le salut de leur âme (il a réussi cela de manière éclatante, et jusqu'à aujourd'hui, car bien des touristes -nouveau nom des pèlerins- visitent encore la Sainte-Chapelle ... et Paris et y dépensent chaque année des milliards).
Il n'y a plus ni vraie croix, ni couronne d'épines à la Sainte-Chapelle (elles sont à Notre-Dame de Paris) mais des choses bien plus précieuses encore
 Comme cet ange.
Et ses compagnons.
Et les vitraux.
Voici la couronne d'épines acquise par saint Louis telle qu'elle est à Notre-Dame, dans une sorte d'ostensoir de verre et d'or :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire