mercredi 20 février 2013

Le chien dépose sa vie entre vos mains

Voici ce que  Michel Houellebecq écrivait de son chien:

Clément a partagé ma vie. Parfois, il restait enfermé derrière une porte pendant des heures sans appeler. Un humain ne ferait jamais ça, il crierait. Je trouve ça très émouvant, cette façon d'attendre, cette confiance. Le chien dépose sa vie entre vos mains.

Les chiens pensent que les humains sont dignes de sa confiance : quelle erreur le pauvre être commet ainsi très souvent !
Mais si les humains étaient comme les chiens, il n'y aurait aucun besoin de chercher le paradis ailleurs : nous y serions déjà.
Voici l'épitaphe que rédige Lord Byron pour Boatswain, son chien bien-aimé :


Près de cet endroit
Reposent les restes d’un être
Qui possède la beauté sans la vanité,
La force sans l’insolence
Le courage sans la férocité
Et toutes les vertus de l’homme sans ses vices.
Cet éloge, qui serait une absurde flatterie
S’il était inscrit au-dessus de cendres humaines,
N’est qu’un juste tribut à la mémoire de
BOATSWAIN, chien,
Né en Terre-neuve en 1803,
Et mort à Newstead Abbey, le 18 novembre 1808.

Oui, « toutes les vertus de l'homme sans ses vices. »

1 commentaire:

bg a dit…

Oui, les chiens sont extraordinaires. Ils vivent le moment présent, ils sont dans le présent, selon les critères d'Eckart Tolle, ils sont donc éveillés !

Enregistrer un commentaire