vendredi 10 août 2012

Je me suis fait tout petit devant une poupée

Cliquez sur l'image (ou ici) pour entendre, dans une nouvelle fenêtre, la traduction espagnole de la chanson de Georges Brassens, «Je me suis fait tout petit devant une poupée» que j'ai entendue ce midi au restaurant «La Cuisine» où nous fêtions l'anniversaire de ma belle-sœur Aline Boivin.
Elle est interprétée par Paco Ibáñez que vous voyez sur la photo.
(Pour revenir sur cette page de blogue une fois la chanson terminée, cliquez sur la flèche « Page précédente » de votre navigateur).
Voici les paroles françaises et espagnoles (castillanes) de la chanson:

JE ME SUIS FAIT TOUT PETIT

Je n'avais jamais ôté mon chapeau
Devant personne
Maintenant je rampe et je fait le beau
Quand elle me sonne
J'étais chien méchant elle me fait manger
Dans sa menotte
J'avais des dents de loup, je les ai changées
Pour des quenottes!

Je me suis fait tout petit devant une poupée
Qui ferme les yeux quand on la couche
Je me suis fait tout petit devant une poupée
Qui fait Maman quand on la touche.

J'étais dur à cuire elle m'a converti
La fine mouche
Et je suis tombé tout chaud, tout rôti
Contre sa bouche
Qui a des dents de lait quand elle sourit
Quand elle chante
Et des dents de loup, quand elle est furie
Qu'elle est méchante.

Je me suis fait tout petit devant une poupée
Qui ferme les yeux quand on la couche
Je me suis fait tout petit devant une poupée
Qui fait Maman quand on la touche.

Je subis sa loi, je file tout doux
Sous son empire
Bien qu'elle soit jalouse au-delà de tout
Et même pire
Une jolie pervenche qui m'avait paru
Plus jolie qu'elle
Une jolie pervenche un jour en mourut
A coup d'ombrelle.

Je me suis fait tout petit devant une poupée
Qui ferme les yeux quand on la couche
Je me suis fait tout petit devant une poupée
Qui fait Maman quand on la touche.

Tous les somnambules, tous les mages m'ont
Dit sans malice
Qu'en ses bras en croix, je subirais mon
Dernier supplice
Il en est de pires il en est de meilleures
Mais à tout prendre
Qu'on se pende ici, qu'on se pende ailleurs
S'il faut se pendre.

Je me suis fait tout petit devant une poupée
Qui ferme les yeux quand on la couche
Je me suis fait tout petit devant une poupée
Qui fait Maman quand on la touche.

Por Una Muneca

Quitarme el sombrero, antes, ni hablar
Por una dama
Hoy dia me arrasto y no sé qué más
Cuando me llama
Fui perro feroz, me da de comer
En su manita
Mis dientes de lobo se han de volver
Mansa boquita

Por una muñeca me hice chiquitin

Que al descansar cierra los ojos
Por una muñeca me hice chiquitin
Dice mamá cuando la toco

Estoy a sus piés, ¿que será de mi?

Es mi verdugo
Por sus celos paso las de Cain
Bajo su yugo
A un bello alelí que me pareció
De maravilla
A un bello alelí me lo arrebató
Con su sombrilla

Por una muñeca me hice chiquitin
Que al descansar cierra los ojos
Por una muñeca me hice chiquitin
Dice mamá cuando la toco


Giatanos y magos descifraron ya

El maleficio
Que sus lindos brazos la cruz serán
De mi suplicio
Mejores, los hay, peores quizás
Y al fin y al cabo
Que me cuelgue aqui, que me cuelgue allá

¡Cebada al rabo!


Por una muñeca me hice chiquitin
Que al descansar cierra los ojos
Por una muñeca me hice chiquitin
Dice mamá cuando la toco

Aucun commentaire:

Publier un commentaire