samedi 19 juillet 2014

Pourquoi les gens pensent-ils qu'on s'ennuie quand on ne fait rien ?

Il s'agit d'un santon, de son bout de muret et de son arbre feuillu que nous ont rapportés de Provence (plus précisément des Baux-de-Provence) des amis qui y ont voyagé la semaine dernière ou celle d'avant.
Comme vous le voyez, la nativité intéresse peu ce santon, davantage la bouteille qu'il tient à la main et dont il a manifestement bu le contenu (une piquette ?) au goulot car il se repose, et ronfle sans doute sous l'ombre de l'arbre (serait-ce un hêtre qui ferait allusion à Virgile et à Tityre ?), appuyé sur le muret, son chapeau lui couvrant le visage.
Voyons-le de plus près :

Son nom de santon est sans doute « l'Ivrogne ».
Ma femme et moi possédons effectivement une crèche de (plus petits) santons acquise en Provence lors de notre séjour jadis.
Sans ivrogne !
Mais ce n'est pas à son ivrognerie que ce santon doit d'avoir été choisi comme souvenir de voyage.
C'est au fait que sa posture désinvolte (et irrespectueuse du « grand mystère » chrétien qui se déroule autour de lui) a rappelé à nos amis une expression que ma femme avait utilisée pour parler de mon emploi du temps au jour lointain où ma retraite a commencé : « Il fait la patate sur le canapé ! », avait-elle répondu à une connaissance qui s'enquérait de mes activités de nouveau retraité.
Je ressemblais au santon et la description de ma femme était exacte : quel bonheur de ne rien faire était le mien en ce temps-là où je tentais le plus possible de conformer mes activités à la réponse que j'avais donnée aux personnes qui m'interrogeaient sur mes « projets de retraite ».
« Farniente ! » était ma réponse.

« Ne rien faire ! »
Je n'ai pas réussi longtemps, hélas, à parfaitement réaliser « mon projet de retraite ».

J'aurais peut-être dû m'enivrer comme le santon !
Pourquoi les gens pensent-ils qu'on s'ennuie quand on ne fait rien ?


Aucun commentaire:

Publier un commentaire