samedi 5 avril 2014

Le hasard serait peut-être plus intelligent que l'électeur moyen.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Winston_Churchill

Traduction de la citation de Winston Churchill : « Le meilleur argument contre la démocratie c'est cinq minutes de conversation avec un électeur moyen. »
Il est vrai que, premier ministre du Royaume Uni de Grande-Bretagne, Winston Churchill a été élu selon les règles électorales britanniques, celles où les partis n'obtiennent presque jamais la majorité de 50% plus une voix et, donc, ne sont jamais vraiment élus démocratiquement.
Peut-être, dans une démocratie où les règles électorales auraient été vraiment démocratiques, le descendant du duc de Marlborough n'aurait jamais pu être élu et n'aurait pu faire les grandes choses qu'il a faites.
Mais, il faut bien le dire, les règles électorales de type britannique ne mènent pas davantage à l'élection de grands hommes (ou de grandes femmes) que les règles électorales, plus justes, des autres démocraties.
La plupart des élections donnent le pouvoir à des médiocres.
L'élection de grands hommes (ou de grandes femmes) restent exceptionnelles dans toutes les démocraties.
Peut-être aurait-on des résultats équivalents, voire meilleurs, si on avait recours à une loterie pour élire les dirigeants politiques des pays : le hasard serait peut-être plus intelligent que l'électeur moyen.
Qui sait ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire