lundi 11 mars 2013

Une erreur

Dans «Le Devoir de philo » de ce week-end dans le journal « Le Devoir » (il est intitulé « Mourir dans la dignité selon l’Éthique à Nicomaque d’Aristote » et il est ici), cette affirmation à propos de Tacite et cette citation de l'historien :

En une société civilisée, où chacun a une parole, où chacun est amené à réfléchir par lui-même aux conséquences de ses actes, il est besoin de beaucoup moins de lois : « Plus l’État est corrompu, plus les lois sont nombreuses », faisait observer le grand historien Tacite, témoin privilégié de la décadence romaine.

 « Tacite témoin privilégié de la décadence romaine ».
Pas vraiment car Tacite écrivait à l'apogée de l'empire, sous Trajan et Hadrien (auxquels succéderont Antonin et Marc Aurèle), apogée non seulement politique et militaire mais aussi culturel.
Évidemment Tacite lui-même ne le croyait pas mais il était enfermé dans son système de croyances sur la supériorité de la république, morte depuis plus d'un siècle à son époque et malade depuis au moins trois siècles.
Je me demande si cette erreur de la philosophe, cette soumission aux idées reçues historiques, entache toute sa réflexion. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire