vendredi 8 mars 2013

Surtout une question d'argent, ces crimes ecclésiastiques

Il ressort de l'article qui suit ce gros titre et cette photo que, dans les affaires de pédophilie, ce sont principalement (sinon exclusivement) les questions d'argent qui préoccupent les cardinaux étasuniens appuyés par les cardinaux allemands.
Parce que les diocèses de l'un et l'autre pays ont été ruinés (ou le seront dans le cas de l'Allemagne) à cause des nombreux crimes qui ont été révélés (ou le seront dans le cas de l'Allemagne).
Et parce que les scandales financiers démasqués par ce qu'on a appelé « Vatileaks » (blanchiment d'argent par la banque vaticane, échanges de bons procédés avec la mafia, malversations, etc.) donnent mauvaise presse à l'église de Rome dans les pays concernés.
Ce sont ces questions d'argent qui ont amené les cardinaux de ces pays à s'opposer à ceux de la Curie et à retarder la date du début du conclave que ces derniers voulaient la plus proche possible afin de « garder les squelettes dans le placard ».
Et ces cardinaux critiques de la Curie avaient le moyen d'imposer leurs vues car les Allemands par exemple sont -encore pour quelques temps, avant que les condamnations pour pédophilie ne soient prononcées par les tribunaux-, les « principaux bailleurs de fonds du Vatican. Le diocèse de Cologne est, en effet, l’un des plus riches au monde. De quoi avoir des arguments pour se faire entendre… »
(L'article de Libération est ici, dont les dernières lignes du paragraphe précédent sont  tirées).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire