lundi 25 mars 2013

Cosa mentale

Qu'est-ce que cela change si un souvenir de Venise ressemble à quelque chose de vénitien et non à la Grande Muraille, que le souvenir de Venise ait été fabriqué effectivement en Chine ou sur Mars ou dans telle ou telle galaxie ?
C'est le lieu où on l'acquiert qui compte.
Voire le rapport (quelconque) qu'il entretient avec le lieu sans même qu'on l'y ait acquis.
Un souvenir, c'est une « cosa mentale », comme la peinture pour Vinci.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire