mercredi 11 avril 2012

Ah Dieu! que la guerre est jolie

Il y a longtemps que je cherchais un prétexte pour vous présenter ce poème d'Apollinaire.
Cette grenade en forme de lapin (est-ce pour amuser les enfants-soldats, pauvres enfants?) me le donne:

L'adieu du cavalier

Ah Dieu! que la guerre est jolie
Avec ses chants ses longs loisirs
Cette bague je l'ai polie
Le vent se mêle à vos soupirs

Adieu! voici le boute-selle
Il disparut dans un tournant
Et mourut là-bas tandis qu'elle
Riait au destin surprenant

Aucun commentaire:

Publier un commentaire