lundi 12 novembre 2018

Température du jour à Arvida (12 novembre 2018)


Une autre vie ?

Surtout si dans cette autre vie d'après la mort, on risque de rencontrer tous ceux qui ont gâché l'histoire humaine, et même notre propre vie, si brève !

Or d'enfer ?


Cela semble de l'or, ces sommets qui brillent.
Mais c'est en Allemagne, et là, comme aux États-Unis, des feux couvent aussi, racisme, xénophobie, d'ascendance fasciste mal réprimée.
Cet or trahit ces feux qui couvent et menacent d'embraser ce qui a tant brûlé naguère.
Ces feux que, sous prétexte de démocratie, comme lors de la prétendue élection des Nazis en 1932-33, on n'étouffe pas !

dimanche 11 novembre 2018

Température du jour à Arvida (11 novembre 2018)


Crotter Marx

Ah Dieu ! si les Russes n'avaient pas laissé crotter Marx avec les mains souillées de Lénine et de Staline (et les Chinois avec les mains sanglantes de Mao), qu'il y a longtemps que le capitalisme serait mort et la planète sauvée !

Pantoufle peau de banane

Pantoufle peau de banane dont des paires sont en vente (pour Noël) à la boutique du Metropolitan Museum !
Étonnants les chemins qu'emprunte parfois l'art moderne !

vendredi 9 novembre 2018

Température du jour à Arvida (9 novembre 2018)


L'homme est un animal cupide, le plus cupide (et le plus meurtrier, le plus destructeur) des animaux !

On impute la cupidité exclusivement aux riches, et, cette cupidité, on imagine qu'elle est orientée exclusivement vers l'argent : mon expérience m'a appris que la cupidité est universelle, que les humains en souffrent tous à des degrés divers et qu'elle consiste à avoir l'exclusivité (ou la plus grande quantité) de n'importe quoi, matériel ou immatériel, l'intelligence aussi bien que l'argent, les conquêtes sexuelles aussi bien que le succès scientifique ou artistique.
Ou que les « likes » de Facebook !
Etc.
L'homme est un animal cupide !

La tragédie et la comédie

C'est une mosaïque romaine arrachée, avec désinvolture, sinon grossièreté, à Pompéi, pour être présentée, comme un trophée, à Rome, la triste cité des papes et des cardinaux, ainsi que de la cupidité universelle, par conséquent.
Elle est visible aujourd'hui aux musées capitolins.
Elle représente les masques théâtraux de la tragédie (à gauche) et de la comédie (à droite).
La tragédie a le visage d'une femme d'âge moyen et la comédie d'un homme, plutôt vieux : cela me semble significatif.

mercredi 7 novembre 2018

Température du jour à Arvida (7 novembre 2018)


Les remparts palissadés de Québec

Cette gravure représente la ville de Québec en 1700, après que des remparts palissadés (les remparts qu'on peut y observer), commandés par le comte de Frontenac, aient été construits pour défendre la capitale de la Nouvelle-France contre d'éventuelles, mais certaines, attaques anglaises.
Ce sont les vestiges de ces remparts que l'on vient de découvrir lors de travaux,  près de la rue Sainte-Ursule.
Voici comment le Journal de Montréal (ici) représente la composition de ces remparts de l'ingénieur Josué Dubois Berthelot de Beaucours, qui en est l'auteur :


Coupole du mont Royal de Montréal

Le sommet de la coupole de l'Oratoire Saint-Joseph du mont-Royal, qui deviendra bientôt le point le plus élevé d'où l'on pourra observer Montréal et les régions environnantes.
Voici la coupole à un autre point de vue, ainsi que le bâtiment qu'elle surplombe :