mercredi 7 décembre 2016

« L'Arrivée » de Denis Villeneuve, un ouroboros

J’ai vu, hier, « L’Arrivée » de Denis Villeneuve : une peu comme dans « À la recherche du temps perdu » (ou, peut-être, comme dans toute œuvre vraiment grande) la fin est dans le commencement et le commencement dans la fin.
C’est une architecture « ouroborique » (ouroboriste ?) si je puis dire, comme les cercles de l'écriture des Heptapodes, les visiteurs venus de l'espace.
Et que de mises en abyme et de rimes de contenu qui transforment l'œuvre en poème narratif !
Quel grand film, avec seulement quelques petits défauts hollywoodiens.

Voici une représentation d'un ouroboros sur un mausolée en Belgique :


Mais certains ressemblent davantage à l'écriture des Heptapodes : 

Dont voici un exemple :
 

Cheval du tsar

C'est une photo de la Nécropole des chevaux des tsars, à Tsarkoïe Selo (maintenant Pouchkine), près de Saint-Pétersbourg, en Russie.
Dans l'empire des tsars, aussi bien que dans l'URSS ou la Fédération de Russie d'aujourd'hui, il me semble que ce sont les êtres humains qui ont toujours été les derniers servis et considérés.
À mois d'être cousins du tsar, nobles, membres de la nomenklatura ou anciens fonctionnaires communistes enrichis par la vente des biens d'état depuis 1990.
Ou cheval du tsar !

mardi 6 décembre 2016

Température du jour à Arvida


Des lys, grand et petits

Une porte d'ascenseur du Chrysler Building.
Un grand lys stylisé et des petits lys qui fleurissent autour.

Les haïkus du marmonnement


Les haïkus du marmonnement

un marmonnement
il provient du minaret
tu n'es pas chez toi


Variation

un marmonnement
il sort de la cathédrale
tu n'es pas chez toi

Variation

un marmonnement
il sort de la synagogue
tu n'es pas chez toi

Variation

un marmonnement
il semble sortir du temple
tu n'es pas chez toi


Gentils ?

Une image rosse pour commencer la journée du blogue aujourd'hui : je suis pressé car je vais voir un film, pas le temps de réfléchir et d'être « socialement correct », si je puis dire.
Excusez-moi d'avance !

lundi 5 décembre 2016

Température du jour à Arvida (5 décembre 2016)


le haïku du baiser de la libellule


le haïku du baiser de la libellule

libellule bleue
embrouillé un bourgeon jaune
subit son baiser

L' « égal aux apôtres » autrichien

C'est un timbre de 1908, émis par la Poste austro-hongroise pour célébrer les soixante ans de règne de l'empereur et roi François-Joseph.
(Il mourra 8 ans plus tard, en 1916, après 68 ans de règne)
On a considérablement rajeuni le visage du vieil empereur et roi sur ce timbre car il n'y reste aucune trace des ans, malheurs, défaites et autres échecs de son règne : perte du Royaume lombardo-vénitien, défaite par la Prusse et exclusion de l'Allemagne, suicide de son fils Rodolphe et de la maîtresse de celui-ci à Mayerling, assassinat de sa femme, l'impératrice et reine Élizabeth (surnommée « Sissi » par le cinéma et autres médias), etc.
J'ai lu, il y a quelque temps, « La Marche de Radetzky » de Joseph Roth où il apparaît et où j'ai appris que, comme Constantin (titré « isapostolos », ( en français : « égal aux apôtres ») par les évêques et autres dignitaires chrétiens dont il avait fait des fonctionnaires de l'Empire romain, ce qu'ils sont toujours), François-Joseph portait le titre de « Majesté apostolique, impériale et royale ».
Par ses ancêtres, empereurs du Saint-Empire romain germanique, il était, en effet, successeur de Constantin et, comme celui-ci et les empereurs byzantins, « isapostolos ».
Sur ce timbre vous voyez à quoi ressemble un « égal aux apôtres » de Jésus-Christ.

Virgile ?


C'est l'aspect que Bernard Buffet donne au poète Virgile, guide de Dante, dans certaines scènes de son livre consacré à « L'Enfer » du poète italien.
Je trouve une forte ressemblance de cette représentation avec certaines des représentations que l'on donne de Jésus-Christ.
Même la couronne de laurier de la 2e image a des airs de couronne d'épines, selon moi.
Et cette tristesse dans le visage.
Cela donne à penser !
Et voyez la différence avec la représentation qu'en donne cette gravure de Luigi Agricola, fin 18e-début 19e :


Moins christique, n'est-ce pas ? 
Et qui donne moins à penser !

dimanche 4 décembre 2016

Température du jour à Arvida (4 décembre 2016)


Le haïku du cygne noir


Le haïku du cygne noir

couleur d'aigle noir
a-t-il des serres sous l'onde
son bec est de sang

Une danse sur un volcan

Je ne sais pas en quoi a consisté, en mars 1939, cette « nuit du Trocadéro » de l'affiche art déco de Jean Carlu mais je pense qu'elle a dû ressembler à une danse sur un volcan, la 2e guerre mondiale ayant commencé quelques mois plus tard, avec l'invasion allemande nazie de la Pologne, et la défaite de la France s'étant accomplie en juin de l'année suivante.
Une danse sur un volcan !

samedi 3 décembre 2016

Température du jour à Arvida (3 décembre 2016)


 

Sculptures devant le fleuve

Un petit paquebot (ou un grand yacht) passe longuement sur le fleuve, devant le jardin de sculpture du Domaine Forget, dans Charlevoix, l'automne dernier ou celui d'avant.
Semble l'espionner la sculpture à l'allure de double périscope, intitulée « Cornet », de Lucienne Payan, alors qu'entre les deux éléments de la sculpture semble se dissimuler une autre, composée d'un tube enroulé rouge, « Duke », de John Clement (page en anglais au bout de ce lien), que voici :



Un zoom sur le petit paquebot (ou grand yacht) :

Rhinocéros d'art

Un superbe rhinocéros dessiné par Dominique Zehrfuss pour ce livre qu'elle a publié en collaboration avec Marie NDiaye dont voici la page couverture :

J'aimerais vous présenter quelques vers du poème mais comment ?

vendredi 2 décembre 2016

Température du jour à Arvida

 Tel que donnée par le logiciel YoWindow sur iMac.

Discours d'égout

Selon Paweł Kuczyński, un discours de vous savez qui, et l'égout où il devrait aboutir, s'il n'entrait pas dans les oreilles de millions de stupides comme, trop souvent, vous et moi !
Et voici, du même auteur, ce que ces discours d'égout édifient :