samedi 23 juin 2018

Température du jour à Arvida (23 juin 2018)


La magie noire du pouvoir dénature les gens !

Moi, je n'aurais pas écrit « est capable de dénaturer les gens ».
J'aurais écrit : « La magie noire du pouvoir dénature les gens ! »
Et, selon mon expérience et mes observations, c'est moi qui ai raison !

À aucun prix le retour à l'Espagne

La cathédrale catholique St. Mary the Crowned de Gibraltar, sur Main Street.
Devant celle-ci, dans la photo, la statue d'un soldat anglais dont le modèle faisait peut-être partie d'un des régiments ayant fait la conquête du territoire sur le royaume espagnol, du temps que la cathédrale qui a précédé celle-ci s'appelait « Santa Maria la Coronada y San Bernardo ».

Il semble la surveiller, alors que, sans doute, quoique catholiques, aucun des fidèles qui la fréquentent encore ne veulent que leur territoire fasse retour à l'Espagne.
À aucun prix !
La voici photographiée d'un point de vue différent :

vendredi 22 juin 2018

Température du jour à Arvida (22 juin 2018)


Le Cube de Malaga

C'est le magnifique Cube multicolore, d'abord transparent et monochrome, œuvre de Daniel Buren, du Centre Pompidou de Malaga, que nous n'avons pu voir qu'ainsi, en chemin vers la maison et le musée Picasso.
Nous avions l'intention d'y revenir mais la visite (inutile) de la maison Picasso a été si longue, et le vent d'après-midi si froid, à la sortie du (merveilleux) musée Picasso, que nous n'avons pu y revenir avant la fin de notre parcours !
Le Centre Pompidou de Malaga étant provisoire, je ne sais si nous aurons l'occasion un jour de le visiter de manière plus approfondie.

Le retour des faits

C'est un fait !

lundi 18 juin 2018

Température du jour à Arvida (18 juin 2018)


Cabines téléphoniques décoratives à Gibraltar

Cabines téléphoniques d'origine londonienne (ou britannique) purement décoratives (voire politiques) sur « Main Street » (nom également politique, comme l'était, à Montréal, celui du boulevard Saint-Laurent), près du restaurant où nous avons mangé de délicieux (et également patriotiques) « Fish'n Chips » à Gibraltar.
Les accessoires britanniques de la colonie sont surtout théâtraux et on pourrait en rencontrer là qui n'existent plus qu'à l'état folklorique dans la métropole même !

Trois tableaux de Jacques-Louis David au Louvre

Trois tableaux de Jacques-Louis David qui sont étrangement voisins au Louvre.
Au centre, le portrait de madame Récamier (ennemie de Napoléon Bonaparte) étendue sur un sofa, à gauche, un autoportrait du peintre (partisan de Napoléon Bonaparte), à droite, un portrait du pape Pie VII, au comique nom de règne et victime de Napoléon Bonaparte.
Voici un agrandissement des trois tableaux dans l'ordre qu'on leur a donné :

L'attention que les visiteurs accordent à ces tableaux :


dimanche 17 juin 2018

Température du jour à Arvida (17 juin 2018)


Adieu calèches et chevaux

Bientôt, on ne verra plus calèches ni chevaux autour de la place d'Armes, à Montréal, devant la basilique Notre-Dame.
La municipalité de la métropole québécoise a décrété leur interdiction à partir de 2019.
Au lieu de prendre les moyens pour que l'on veille sur la santé et le bien-être des chevaux.
La race des chevaux dont les ancêtres ont été gracieusement envoyés en Nouvelle-France par le roi Louis XIV sera encore davantage menacée d'extinction.
Cela ne fera-t-il pas plaisir aux génocidaires qui manipulent nos gouvernements ?

Un « sport » spartiate

Les athlètes représentés sur cette stèle du 3e siècle avant notre ère sont, sans doute, des Spartiates et pratiquent un « sport » de ballon que l'on jouait dans leur ville et qui s'appelait « épiscyre » ( grec : « ἐπίσκυρος », « épiskyros »).
Ce serait, à mon sens, sauter trop vite aux conclusions que d'en faire l'ancêtre du foot !

samedi 16 juin 2018

Température du jour à Arvida (16 juin 2018)


Le sable « albero »

Une vue de la superbe plaza de Toros de la ville de Ronda, en Andalousie.
C'est là, dans cette arène, qu'a été inventé l'art moderne de la corrida, à la fin du 18e siècle, à l'instigation de Francisco Romero, ancêtre d'une longue dynastie de matadors, qui emprunta, dit-on, l'usage de la muleta et de l'épée à Manuel Ballón, dit « El Africano ».
Je vous présente cette photo pour vous faire voir (et admirer) ce beau sable d'or que vous voyez sur le sol de la
plaza.
Ce sable est spécial : son nom est « sable albero » et il empêche tout à fait la pousse d'herbes et autres plantes sur le sol où on l'épand.
Et il est, selon moi, d'une grande beauté.
Voyez-le de plus près :


Le haïku de la lèpre



Le haïku de la lèpre

la foule lépreuse
est-ce ici ou bien là-bas
répand ses toxines