mercredi 25 avril 2018

Le chemin vaut davantage que le but

Alexandra Dillon, dans cette œuvre, semble dire que les trois Grâces traditionnelles, celles qui possèdent la grâce, ne sont pas les vraies Grâces : les vraies ce ne sont pas les divinités qui possèdent la grâce, comme elles, mais celles qui, comme ici, peintes sur des pinceaux qui servent à créer, donnent la grâce.
Entre autres caractéristiques, cela me semble distinguer l'art ancien de l'art moderne : l'art ancien cherche, entre autres, à créer de la beauté, l'art moderne explore les chemins qui mènent, entre autres (mais aussi à la vérité), à la beauté, sans chercher nécessairement à l'atteindre.
Voire, parfois, en la fuyant, le chemin valant davantage que le but !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire