dimanche 18 mars 2018

D'un parfois moins ignorant à ses sœurs et frères

Il y a quelques années je parlais, à d'anciens amis, du palais du Pardo (photo), près de Madrid, habité à cette époque par l'ignoble dictateur Franco.
Jamais ces amis (qui ne l'étaient pas vraiment, je l'ai appris assez rapidement) n'ont voulu croire dans  le nom  de ce palais : ils ne connaissaient que le palais du Prado et ne voulaient pas croire qu'il existait un palais du Pardo.
C'est du Prado que je voulais parler, pensaient-ils * !
Cela m'aurait demandé beaucoup trop d'énergie d'insister !
Il faut dire qu'à l'époque il n'y avait ni tablette, ni téléphone intelligent et que les dictionnaires avaient de fortes lacunes.
Je m'étais fait la réflexion que ceux qui en connaissent un peu plus sont fort susceptibles de souffrir de leur petite supériorité de connaissances.
Imaginez les inimaginables souffrances de ceux qui en connaissent beaucoup plus encore (je pense ici à Hawking, par exemple, ou à Einstein).
Chaque jour, en ce lieu même, on peut être témoin des souffrances infligées aux un peu moins ignorants par les un peu plus ignorants.
(chacun d'entre nous est, à différents moments, ceci ou cela, évidemment).
Consolez-vous, chers un peu moins ignorants, votre sort est parfois partagé, ainsi que vos souffrances !


* Et ces « amis » s'obstinaient dans leur erreur sans jamais avoir visité l'Espagne !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire