jeudi 14 mai 2015

Un roi anglais qui aimait le cunnilingus

Une vieille carte postale de 1904 représentant le village de L'Anse-Saint-Jean, au Saguenay.
(Beau voilier à voiles triples à droite !)
Elle a été expédiée en novembre 1905 et les frais de poste ont été acquittés au moyen d'un timbre représentant  le roi Édouard VII, le fils de la reine Victoria, qui régnait sur le Québec (ainsi que sur le Canada et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne) à ce moment-là.
Le timbre, uniquement en anglais, est un timbre canadien.
Voyez (je l'ai redressé) :


J'avoue trouver bizarre, puisqu'il est associé à un village lointain de ma région,  ce timbre représentant ce roi dont je connais les mœurs sexuelles (il était amateur de cunnilingus qu'il pratiquait assidûment sur des cocottes de luxe parisiennes du temps qu'il était prince de Galles et passait tout son temps sur le continent, à la recherche de plaisirs que son épouse ne lui donnait pas).
Il s'était même fait faire un fauteuil spécial pour s'adonner à son plaisir (j'ai parlé de ce fauteuil ici).
Proust en fait même un ami intime de son personnage, Charles Swann, dans « À la recherche du temps perdu »,
(C'est d'ailleurs cette dernière raison pour laquelle ce roi anglais m'intéresse tant : c'est un personnage de « La Recherche »).

1 commentaire:

Publier un commentaire