mercredi 6 mai 2015

La statue de Wolfe à Québec

Contrairement à vous, j'en suis sûr, je me demandais où était passée la statue de Wolfe qu'un citoyen anglais de Québec avait imprudemment dressée jadis sur une sorte de piédestal à l'angle de la rue Saint-Jean et de la Côte du Palais et qu'il avait eu la précaution d'enlever par peur d'une bombe durant les années soixante.
(Une statue de la reine Victoria avait subi cette injure à la même époque).
Eh bien, elle est là, dans cette photo du Centre culturel Morrin à Québec, une ancienne prison qu'on a transformée (architecte : François Baillargé).
Regardez en haut, à droite, près de la fenêtre.
Un zoom pour vous permettre de mieux voir :


C'est Wolfe !
Il est vrai que ce centre culturel (son vrai nom est Morrin Cultural Centre) doit son existence à la conquête de la
Nouvelle-France, dont Wolfe a été l'un des acteurs principaux car, sans lui, pas d'Anglais à Québec (ni dans la plus grande partie de l'Amérique du nord, voire du monde).
Les responsables du Centre ont sans doute été bien inspirés de recueillir la statue menacée et de la dresser dans leur belle bibliothèque.
Voici l'extérieur du bâtiment néo-classique où se trouvent la statue et la bibliothèque :


Ce style d'architecture était celui qui régnait sur l'Europe quelque temps après la conquête de la Nouvelle-France, même pour les prisons.
Il sera bientôt (à partir du règne de Victoria) remplacé par le « gothique » (disons, plus véridiquement, l'« ogival ») que les Anglais croyaient (évidemment à tort) ne pas être un style français, car s'il y a tant de cathédrales et d'églises gothiques en Angleterre c'est parce que des monarques d'origine française y régnaient.
Voici une photo de la maison du piédestal (il est sous la fenêtre de l'angle, au second étage) :

Un zoom :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire