jeudi 30 novembre 2017

Brûlé de plus de feux que je n'en allumai

Crédit photo : Ursule Cimon

Les ruines du théâtre grec de Taormina, en Sicile, devant l'Etna et sa plume de fumée à l'horizon, à droite.

La photo a été prise récemment par une amie lors d'un voyage en Grande Grèceἡ μεγάλη Ἑλλάς / hê megálê Hellás »), comme on disait dans l'Antiquité (il s'agissait du sud de l'Italie, entièrement colonisé par les cités grecques) et en Sicile.
Cette photo qui réunit théâtre et feu (du volcan) me rappelle le vers que Jean Racine fait dire à Pyrrhus, le fils d'Achille, dans « Andromaque », par lequel le roi d'Épire déclare l'amour qu'il éprouve à l'égard de la prisonnière, veuve d'Hector, qu'il a ramenée de la Guerre de Troie :

Brûlé de plus de feux que je n'en allumai

Il y fait un parallèle entre les feux dont son cœur brûle pour Andromaque et les feux qu'il a allumés pour détruire Troie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire