lundi 5 décembre 2016

L' « égal aux apôtres » autrichien

C'est un timbre de 1908, émis par la Poste austro-hongroise pour célébrer les soixante ans de règne de l'empereur et roi François-Joseph.
(Il mourra 8 ans plus tard, en 1916, après 68 ans de règne)
On a considérablement rajeuni le visage du vieil empereur et roi sur ce timbre car il n'y reste aucune trace des ans, malheurs, défaites et autres échecs de son règne : perte du Royaume lombardo-vénitien, défaite par la Prusse et exclusion de l'Allemagne, suicide de son fils Rodolphe et de la maîtresse de celui-ci à Mayerling, assassinat de sa femme, l'impératrice et reine Élizabeth (surnommée « Sissi » par le cinéma et autres médias), etc.
J'ai lu, il y a quelque temps, « La Marche de Radetzky » de Joseph Roth où il apparaît et où j'ai appris que, comme Constantin (titré « isapostolos », ( en français : « égal aux apôtres ») par les évêques et autres dignitaires chrétiens dont il avait fait des fonctionnaires de l'Empire romain, ce qu'ils sont toujours), François-Joseph portait le titre de « Majesté apostolique, impériale et royale ».
Par ses ancêtres, empereurs du Saint-Empire romain germanique, il était, en effet, successeur de Constantin et, comme celui-ci et les empereurs byzantins, « isapostolos ».
Sur ce timbre vous voyez à quoi ressemble un « égal aux apôtres » de Jésus-Christ.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire