jeudi 29 septembre 2016

La croix enfin tombée mais toujours présente, hélas

Crédit photo : Gabor Szilasi Succession Pierre Ayot SODRAC

Cette croix tombée, érigée devant le mont Royal, à Montréal, où s'élève la croix dressée qui commémore celle (1535) de Jacques Cartier, a tant de sens que je ne puis m'abstenir de vous la présenter.
Elle est l'œuvre de Pierre Ayot
Elle s'oppose à la croix dressée.
Toujours dressée, hélas !
Créée en 1967 pour une manifestation d'art  (Corrid'art) à l'occasion de l'Exposition universelle qui s'est tenue cette année-là, elle a été censurée, une première fois, à l'instigation du maire de Montréal de l'époque, Jean Drapeau, qui représente, pour moi, tout ce qui est à vomir dans les Québécois, depuis qu'ils se sont soumis à l'Église catholique romaine et aux conquérants anglais, ainsi qu'à leurs héritiers canadiens.
Une autre tentative de censure vient d'être perpétrée par le digne successeur actuel de Jean Drapeau, Denis Coderre, qui, à son tour, représente, peut-être encore davantage et, en tous cas, de manière aussi veule, ce qui est toujours à vomir dans les Québécois.
Tentative heureusement contrecarrée !
Cette croix tombée signifie la religion expulsée de l'esprit de la plupart des Québécois mais qui, hélas, asservit toujours, de manière obscure et inconsciente, la majorité d'entre eux, et leur fait élire encore d'indignes représentants, comme jadis et comme naguère.
Toujours aussi indignes !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire