lundi 11 avril 2016

Papa pique et maman coud

Pudique mais suggestif néanmoins.
Comme la chanson « Papa pique et maman coud » de Charles Trenet, à laquelle me fait penser cette photo (peut-être s'en est-elle inspirée).
L'inventivité humaine est sans limite quand il s'agit du sexe.
Tellement que, devant l'afflux des métaphores, la majorité des humains nient les indéniables et véridiques découvertes freudiennes.
Refoulement !
La chanson ?


Et les paroles ?

Je suis né dans un village
Près du ciel plein d'oiseaux,
Je suis l'enfant le plus sage
De Padie-les-Eaux.

Mes parents sont culottiers
Et la nuit, et le jour,
Ils font leur triste métier
Le cœur plein d'amour

Papa pique et maman coud,
Papa pique et maman coud,
Papa pique, maman coud,
Papa pique et maman coud.

La nuit j'entends leur machine
Qui gémit au grenier
Comm' le vent chez la voisine
Pleure dans l'escalier.
Parfois au milieu d'un rêve.
Je m'réveille en sursaut,
Je vois le jour qui se lève
Tandis que là-haut
Papa pique et maman coud.


C'est l'printemps et c'est ma fête
J'ai quinze ans, quel bonheur,
Et les fill's à bicyclette
Emportent mon cœur.
J'en connais une très jolie
Qui s'appelle Louison,
Je la vois dans la prairie
Car à la maison…

Papa pique et maman coud,
Papa pique et maman coud,
Papa pique, maman coud,
Papa pique et maman coud.

Un matin clair de décembre
Tous les deux on s'mariait
Et le soir dans notre chambre
Ma femme riait.
Nous allions bientôt connaître
Le bonheur cette nuit
Quand soudain à la fenêtre
On entend un bruit…

Papa pique et maman coud,
Papa pique et maman coud,
Papa pique, maman coud,
Papa pique et maman coud.

Hélas, j'ai perdu ma mère,
Elle est morte doucement ;
Peu de temps après mon père
A suivi maman.
Et Louison s'en est allée
Avec un hors-la-loi.
Et dans la maison hantée,
Tout comme autrefois,
 

Y'a papa qui pique
Et y'a maman qui coud.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire