lundi 22 juin 2015

Les églantines déferlent

Les églantines roses déferlent, comme dirait un poème de Nelligan, dans mon jardin.
( « déferle » qui rime avec « perle » et seulement quelques rares autres mots en français, comme « merle » par exemple, je l'ai connu grâce à certains poèmes de Nelligan dont c'est, pour le moment, le seul mot que je me rappelle).
Ces églantiers et leurs fleurs, que j'ai connus sur le bord du « rang des Îles », à Saint-Gédéon, au lac Saint-Jean, en allant parfois, les week-ends, au chalet de nos amis Sylvie Lavoie et Jacques-Gilbert Tremblay, j'ai toujours voulu en avoir dans mon jardin : j'en ai maintenant et je les considère comme une réussite de ma vie.
Regardez-les, elles sont si belles.
Et si fugitives.
Comme la vie elle-même.
Elles ne seront plus là demain !
Comme vous et moi (enfin, donnons-nous jusqu'à l'an prochain !)
L'origine des églantines :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire