samedi 17 janvier 2015

Minerve

On ne voit pas très bien dans cette photo à quel point cette Minerve du musée Getty est belle.
(Oui, « Minerve » et non « Athéna » car on n'est pas devant une sculpture grecque mais devant une sculpture anglaise de 1775, œuvre de Joseph Nollekens, sculpteur anglais sur lequel, significativement, n'existe aucun article en français dans Wikipédia).
Elle apparaît dans toute sa beauté quand on agrandit une partie de sa statue :

Mais sa beauté est un peu mièvre, la statue ayant été faite au 18e siècle.
J'aime mieux l'hybride Sulis Minerva de Bath, dont voici la belle tête dorée :


Cela me permet de vous présenter le poème d'Apollinaire dans lequel il y a une Minerve mais avec un double sens :

Tristesse d'une étoile
    
    Une belle Minerve est l'enfant de ma tête
    Une étoile de sang me couronne à jamais
    La raison est au fond et le ciel est au 

                                                     [faîte
    Du chef où dès longtemps Déesse tu t'armais
    
    C'est pourquoi de mes maux ce n'était pas le 
                                                        [pire
    Ce trou presque mortel et qui s'est étoilé
    Mais le secret malheur qui nourrit mon délire
    Est bien plus grand qu'aucune âme ait jamais 

                                                       [celé
    
    Et je porte avec moi cette ardente souffrance
    Comme le ver luisant tient son corps enflammé
    Comme au cœur du soldat il palpite la France
    Et comme au cœur du lys le pollen parfumé


 

2 commentaires:

Cochonfucius a dit…

Le bouddha de mémoire a des mots plein la tête ;
Il les apprécie tous, ne les confond jamais,
Il parle lentement, chaque phrase, une fête,
Chaque vers, un plaisir, chaque rime, un sommet.

Le bouddha visionnaire est maître d’un empire
Qui s’étend, verdoyant, sous le ciel étoilé,
Il manie la raison ainsi que le délire ;
Jamais ne fut certain ce qu’il a dévoilé.

Le bouddha de l’instant, c’est amour et souffrance,
C’est un quatrain tremblant, c’est un vers enflammé ;
C’est, au coeur d’un blason, la fleur de lys de France,
C’est, au fond d’un godet, le bon vin parfumé.

Jack a dit…

Merci !
« Il manie la raison ainsi que le délire » !
C'est le poème, c'est le vers, c'est le mot !

« Et le mot c'est le verbe, et le Verbe, c'est Dieu ! » (Hugo)

Publier un commentaire