lundi 12 janvier 2015

Le jeu de la vie

Au moins deux traductions possibles pour le message latin que nous adresse ce chérubin dans son phylactère, « LUDENDO DOCERE » : « Enseigner par le jeu » ou « Enseigner en s'amusant ».
Dans les deux cas, il y a jeu !
Jeu pour tout le monde !
Et bonheur !
Dans les deux cas, il y a le secret du bonheur !
Pour toute la vie !

2 commentaires:

Dom Collard a dit…

S'il n'y avait pas eu les deux dernières phrases dans votre billet, sans doute aurais-je cru à un trait ironique, sarcastique de votre part. Mais, le jeu doit-il toujours être présent dans l'enseignement? Certes, il est vrai que je m'amusais beaucoup dans vos cours; un amusement « sérieux » si je puis dire. Je prenais plaisir à écouter vos anecdotes sur l'histoire. Étant à mon tour de l'autre côté du pupitre, votre billet m'interpelle; c'est que je ne passe pas une semaine, sans que je me pose la question « Comment enseigner? » Il semble que l'on enseigne ce que l'on est. Heureusement, j'aime bien rigoler. « Qui n'apprécie pas? » me direz-vous. La génération piton m'interroge sur le transfert des connaissances, du savoir. Puisque Google a des possibilités infinies, que pouvons-nous les professeurs? On sera forcément zappé dans les 10 premières minutes d'un cours!

Pour le moment, j'ai trouvé qu'un bon exposé repose sur ces trois verbes: Informer, divertir et émouvoir. Heureusement, je dispose de télévoteurs et de vidéos que j'enrobe de quelques mesures musicales entremêlées de théorie pure et dure. Dom Juan disait que « Tout le plaisir [...] est dans le changement. »

M'enfin, il me semble que la pédagogie pose beaucoup de questions à cette heure numérique!

Jack a dit…

Je vous comprends et le « LUDENDO DOCERE » est bien sommaire. C'est à chacun de trouver son moyen de s'amuser et d'amuser, d'être heureux et de rendre heureux en faisant connaître des choses.
Se faire connaître à soi ce qu'on fait connaître aux autres est une partie du secret je pense.

Enregistrer un commentaire