samedi 7 juin 2014

Des Simon(n)et (avec un ou deux « n ») à la tête légère


À propos de cette photo du Huffington Post français (empruntée ici), je cite des paragraphes de « Libération » (ici) :

La souveraine britannique a achevé samedi matin sa cinquième visite d’État en France en ce lieu bucolique, sur l’île de la Cité, qu’elle avait découvert en 1948 et qui s’appellera désormais « marché aux fleurs Reine Elizabeth II ».
Entre deux averses, et sous les applaudissements de plusieurs centaines de personnes, la reine, encadrée par la maire de Paris Anne Hidalgo et le président français François Hollande, a dévoilé la plaque portant cette inscription.
[...]
 Habituellement la France ne donne pas des noms de lieux à des personnes vivantes [sic], mais la mairie de Paris a fait exception pour cette souveraine de 88 ans qui a toujours manifesté sa grande amitié pour la France, et qui n’aura sans doute plus l’occasion de revenir pour une visite d’État. Une initiative critiquée par une élue du Parti de gauche, Danielle Simonnet, alors que « Paris n’a pas encore honoré des figures de la Révolution française comme Robespierre ».

C'est à cause de cette dernière phrase que je vous fais cette citation. 
Cette Danielle Simonnet (avec deux « n ») qui voudrait qu'on honore l'assassin de masse Robespierre  me semble avoir la tête aussi légère que l' Albertine Simonet (avec un seul « n ») d' « À la recherche du temps perdu » en appelant ce triste sire « figure de la Révolution ».
Ce père de tous les assassins révolutionnaires de tous les pays qui se sont tous réclamés de lui pour justifier leurs assassinats.
Je propose qu'on lui raccourcisse sa tête légère à cette Simonnet comme n'aurait pas manqué de le faire (avec raison cette fois) le déshonoré qu'elle voudrait qu'on honore.
Décidément ni droite ni gauche n'ont une tête en France par les temps qui courent !

4 commentaires:

Guillaume a dit…

En effet, Robespierre, bien qu'étant une figure importante de l'Histoire, n'en demeure pas moins un sangouin. Cela dit, je ne pense pas qu'on aurait dû honorer une souveraine, étrangère de surcroît, dans une république.

Jack a dit…

Vous avez pensé au pont Alexandre III un peu plus loin sur la Seine, nommé ainsi par la IIIe République.
Je ne sais pas si vous connaissez ce tsar russe mais Elizabeth est bien moins sanglante que lui l'a été et il est encore plus étranger qu'elle, Elizabeth n'étant reine d'Angleterre que parce qu'il lui reste en principe une goutte ou deux du sang de Guillaume le Conquérant, prince français si je ne me goure (elle a même du sang de Henri IV, entre autres rois français. Et je pourrais citer de nombreux noms d'avenues et de rues qui, dans un pays, honorent un chef d'état étranger allié, même si ce dernier appartient à un régime politique différent.

Jack a dit…

Excusez la parenthèse fermante qui manque !

Jack a dit…

Dans ma hâte à vous répondre j'ai oublié de mentionner la rue Édouard-VII (où il y a un Théâtre Édouard-VII) et l'avenue George-V.

Publier un commentaire