dimanche 9 février 2014

Le dieu qui sourit

Malgré son obésité, il sourit, ce bodhisattva de l'artiste Li Chen, de Taïwan.
Comme son dieu (ou maître de néant plutôt, du moins c'est ce qu'il devrait être si ses fidèles étaient vraiment fidèles à son message) !
Les dieux des religions d'origine sémite, eux (il s'agit du judaïsme, du christianisme, de l'islam), ne sourient jamais (bien au contraire) et ont, pour cette raison, une haine particulière (oui, une haine, même celle d'entre elles qui se proclame « religion d'amour ») pour ce dieu et ses saints qui sourient.
Cete sculpture faisait partie d'une exposition sur la place Vendôme à Paris, au début de l'automne dernier : espérons qu'ils ont donné une petite leçon à ces prélats français particulièrement redoutables dans la haine comme ils l'ont toujours été et comme ils continuent, devant les yeux du monde entier, de l'être ces dernières années.
Si haineux depuis des temps immémoriaux qu'ils ont poussé les ancêtres des Québécois à quitter la France aux 17 et 18e siècles pour les fuir, eux, et leurs fanatiques caniches Bourbons.
Qu'ils aient tous, si cela est possible, le sort infernal qu'ils méritent !
Voici, vu de plus loin, le saint souriant de Li Chen, avec son instrument de musique :




Aucun commentaire:

Publier un commentaire