vendredi 21 février 2014

Amateur, toujours !

Le personnage félin de Geluck, étrangement (puisque c'est un personnage de bandes dessinées), exprime exactement mon sentiment  : l'entraînement c'est parfait avant et après, mais pendant, c'est la galère.
C'est qu'hélas, je ne suis pas doué pour aimer la douleur, je suis plutôt (raisonnablement) sadique que masochiste.
Peut-être ferais-je un bon entraîneur, mais je ne serai jamais un bon athlète.
Seulement un amateur !
Si on enlève le verbe « aimer » qu'il y a, étymologiquement, dans « amateur ».

Aucun commentaire:

Publier un commentaire