mardi 14 janvier 2014

La liberté comme cheval de Troie

Se servir de la liberté (et de la démocratie) comme d'un « cheval de Troie », c'est ainsi que l'on pourrait nommer ce dessin.
Et il décrit effectivement très bien, me semble-t-il, la politique du gouvernement des États-Unis, de ses agences et de ses citoyens depuis la fondation du pays.
Elle  a d'abord été appliquée sur ce qui en est devenu le territoire national afin de constituer celui-ci, et a été dirigée à cette fin contre les différentes nations amérindiennes qui l'habitaient (la plupart ont été victimes de génocides).
Puis, elle a été appliquée aux autres nations quand celles-ci possédaient quelque chose que le gouvernement des États-Unis ou ses citoyens (les chefs d'entreprises par exemple) voulaient s'approprier, le plus récent exemple étant l'Irak.
L'Irak s'achemine à présent vers sa propre dissolution (ce qui n'est pas un mal, ni pour l'Irak ni pour n'importe quel pays).
Mais parmi les nations victimes de cette politique on pourrait énumérer à peu près tous les pays d'Amérique latine (Cuba, par exemple) ou de l'Asie (le Vietnam, etc.), voire d'Afrique et d'Europe (par des voies surtout non militaires dans ce cas).
Dessin très révélateur !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire