lundi 16 septembre 2013

Une grange blanche et des nuages à l'intérieur du paysage de l'Anse-Saint-Jean

Parmi les éléments dont nous avons fait la rencontre lors de notre excursion du mois d'août à l'intérieur du paysage de l'Anse-Saint-Jean représenté sur un ancien billet de mille dollars canadien (je vous en ai pour la première fois parlé ici), il y avait cette grange blanche qui a excité notre nerf photographique, si je puis dire : à peu près tous les participants de l'excursion l'ont photographiée et plutôt mille fois qu'une.
L'accord de blancs qui s'établit entre elle et les nuages et le contraste qui se crée entre ces blancs, et les bleus et les verts expliquent peut-être cette fascination.
Fascination durable car elle dure depuis ce temps jusqu'à cet instant où je vous présente cette première photo et où je m'apprête à vous présenter quelques-unes des autres que j'ai prises.
Peut-être cette grange joue-t-elle dans mon esprit le rôle que jouent les clochers de Martinville pour l'esprit du petit narrateur dans les premières pages de la partie « Combray » d'« À la recherche du temps perdu ».
En vous présentant ces photos, peut-être éprouverai-je un peu de la joie qu'il éprouve et, peut-être, serai-je un peu libéré de ma fascination.
Vous vous en rendez compte au fur et à mesure du défilement des photos, l'orage approchait de plus en plus, qui éclatera au Bistro de l'Anse (des photos de l'orage ici)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire