dimanche 25 août 2013

Les croyants et la réalité : l'allégorie de la caverne de Platon

Une citation de Platon ce matin, tirée de « La République ».
Le philosophe y expose ce qu'on a appelé l' « allégorie de la caverne » illustrée dans l'image ci-dessus :

Dans une demeure souterraine, en forme de caverne, les hommes sont enchaînés. Ils n'ont jamais vu directement la lumière du jour, dont ils ne connaissent que le faible rayonnement qui parvient à pénétrer jusqu'à eux. Des choses et d'eux-mêmes, ils ne connaissent que les ombres projetées sur les murs de leur caverne par un feu allumé derrière eux. Des sons, ils ne connaissent que les échos.
(C'est à nous que ces hommes ressemblent !)
Que l'un d'entre eux soit libéré de ses chaînes et accompagné de force vers la sortie, il sera d'abord cruellement ébloui par une lumière qu'il n'a pas l'habitude de supporter. Il souffrira de tous les changements. Il résistera et ne parviendra pas à percevoir ce que l'on veut lui montrer. Alors, ne voudra-t-il pas revenir à sa situation antérieure ? S'il persiste, il s'accoutumera. Il pourra voir le monde dans sa réalité. Prenant conscience de sa condition antérieure, ce n'est qu'en se faisant violence qu'il retournera auprès de ses semblables. Mais ceux-ci, incapables d'imaginer ce qui lui est arrivé, le recevront très mal et refuseront de le croire.


La République », VII, 511 a)

Peut-être ces pauvres enchaînés iront-ils jusqu'à le tuer ce témoin de la réalité !
Si on zoome sur une partie de l'image ci-dessus on s'aperçoit que ceux qui brandissent les éléments dont les ombres sont projetées sur le mur de la caverne et que les gens croient être la réalité ressemblent fort à des moines.
En réalité, l' « allégorie de la caverne » explique le mécanisme par lequel les religions (ou les partis politiques) trompent les humains pour les transformer en fidèles et en croyants et les empêchent de voir la réalité, voire de désirer voir la réalité.
Voyez :



Aucun commentaire:

Publier un commentaire