lundi 29 juillet 2013

Fuir la justice dévoyée d'un pays pourri

Presque toujours, toutes les raisons sont bonnes pour fuir la justice dévoyée de ce pays aussi pourri que le Danemark de Shakespeare.
Ce n'est pas le cas pour Polanski !
Mais la justice dont je parle est dévoyée parce qu'électorale et qu'elle élit comme policiers, juré(e)s et juges ce qu'elle élit comme politiciens.
Parce qu'elle est aussi raciste, de ce fait.
Parce qu'elle est, en outre, soumise à l'argent des plus fortunés contributeurs aux caisses électorales, lesquels demandent des services et des injustices en échange de leur argent. 
(L'article du Figaro concernant la victime de Polanski est ici. Il n'a peut-être rien à voir avec mes éructations, Polanski étant un Européen -j'allais dire un Polonais- comme un autre ! Quoi ? Prédateur, dites-vous ? Évidemment, et qui aurait dû être jugé. Qu'il ne le soit pas encore démontre que cette justice dont je parle est dévoyée ! Pourquoi ne l'a-t-elle pas jugé in absentia ? )

Aucun commentaire:

Publier un commentaire