mercredi 17 octobre 2012

La rive romaine des morts

À gauche sur la photo, ce bâtiment rond est l'ancien mausolée de l'empereur Hadrien.
Devant le pont Saint-Ange, construit par Hadrien mais rénové par le Bernin, pour traverser le Tibre où sont disparus les cadavres de tant de victimes des empereurs et des papes, leurs successeurs.
Dans l'Antiquité la rive où se situe l'ancien mausolée était hors de la Ville (« V » majuscule à « Ville » parce que, depuis l'Antiquité, quand on dit la ville sans autres spécifications, c'est de Rome qu'il s'agit, et cela bien avant le christianisme).
On pouvait donc y inhumer les morts et c'est la raison pour laquelle l'empereur Hadrien y avait fait édifier son mausolée, pour lui et pour ses successeurs.
Les cendres de l'empereur Marc-Aurèle, le petit-fils adoptif d'Hadrien, y ont sans doute reposé elles aussi.
(Les cendres de tous les empereurs se sont envolées au cours de l'histoire).
La basilique Saint-Pierre et le Vatican, hors de la photo à gauche, sont construits sur cette rive des morts, sur l'emplacement d'un cimetière où l'on inhumait les condamnés à mort, criminels ou non (la définition des crimes diffère selon les époques, selon les pays et selon les protagonistes, comme on le voit au Québec de nos jours où tant de policiers criminels, grâce au témoignage mensonger de leurs collègues, ne sont pas condamnés pour les nombreux crimes et délits qu'ils commettent).
C'est là, sur l'emplacement de la Basilique, que saint Pierre aurait été exécuté et est inhumé.
Que le centre de l'Église catholique soit construit sur la rive des morts de la Rome antique me semble très significatif.
Les religions (pas seulement le christianisme) ont choisi la mort plutôt que la vie, le ciel plutôt que la Terre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire