samedi 26 novembre 2011

Les yeux de la haine

Crédit photo: Alfred Eisenstaedt/TIME & LIFE Pictures

J'ai tiré cette photo d'un diaporama de « Life » (ici).
Elle date de 1933.
Regardez les yeux haineux du type qui est assis. C'est le sujet de la photo que « Life » intitule « Les yeux de la haine ».
Ce type c'est Joseph Goebbels, ministre du Reich à l’Éducation du peuple et à la Propagande d'Adolf Hitler (élu démocratiquement, je le souligne) et du régime nazi auto-baptisé « Troisième Reich ».
Ce regard haineux -qu'il gardera de longues minutes, selon le témoignage du photographe- il le fixe sur ce photographe encore allemand à l'époque, l'auteur même de la photo, Alfred Eisenstaed, dont il vient d'apprendre qu'il est juif.
Un Juif qui osait l'approcher, lui qui les haïssait tous par toutes les fibres de son être.
Ce regard haineux il s'adresse à tous les Juifs pour l'éternité.
Il y a dans ces yeux les six millions de morts de la Shoah et les plus de 60 millions d'autres morts de la Deuxième Guerre mondiale.
Il était en faveur de l'euthanasie des infirmes, excepté de lui-même qui avait perdu l'usage de son pied droit à cause d'une ostéomyélite dans son jeune âge (c'est la raison pour laquelle il reste assis, ainsi peut-être que sa taille, 1,65 mètres, qui ne rencontrait pas les critères nazis).
Voyez ces yeux de la haine de plus près :

Il y a aussi dans ces yeux de la haine pour lui-même, comme pour tout ce qui existe, puisque, plutôt que de se rendre aux vainqueurs lors de la défaite allemande en 1945, il se tira une balle dans la tête en compagnie de sa femme après avoir empoisonné leurs 6 enfants (de 4 à 12 ans) au cyanure.
Si jamais des yeux pareils vous sont jetés, fuyez, vous êtes en danger !

Vais-je vous le confier ? Un Anglophone de Montréal m'a jeté un regard comme celui-là au milieu des années soixante.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Heureusement, Jacques, tu as survécu au regard assassin de cet anglophone montréalais, dans les années soixante. Sinon, on n'aurait pas le plaisir de découvrir tes trouvailles, réflexions et notes. En fut-il de même pour le photographe (juif) de Goebbels?
Andrée R.

Jack a dit…

Les bombes du FLQ ont dû faire fuir cet Anglophone vers Toronto où ses héritiers journalistes, chroniqueurs et commentateurs (même à la CBC) torontois continuent de parler contre les Québécois dans les mêmes termes que la propagande de Goebbels dans l'Allemagne nazie des années trente.
Cela aura-t-il un jour les mêmes effets? Qui sait?
Quant au photographe Alfred Eisenstaed il a pu fuir aux États-Unis en 1935 et devenir fondateur de l'agence de photo Time-Life. D'où la publication de cette photo révélatrice de toutes les haines raciales et linguistiques à l'égard des minorités. Haines qui ont cours encore aujourd'hui.

Jack a dit…

Les discours xénophobes de Toronto ont eu un effet. L"Anglophone Richard Bain a tué une personne et en a blessé gravement une autre en tentant d'assassiner la première ministre élue du Québec en 2012.
Meurtre et tentative de meurtre politiques !

Anonyme a dit…

on fait dire ce que l’on veut aux photos et surtout bcp de co.....ies- source réelle de la photo - circonstances ??? un autre cliché (du meme photographe ?? ) le montre souriant

Jack a dit…

Il souriait avant de découvrir que le photographe avait du sang juif !
Cela est souligné parmi ce que vous qualifiez de conneries. Êtes-vous un défenseur de ce nazi et de son idéologie ?

Publier un commentaire