samedi 29 janvier 2011

La véritable question

Les mauvais dirigeants, comment ne pas en avoir ?
Selon le philosophe Karl Popper dans son livre « Des sources de la connaissance et de l'ignorance », ce n'est pas la question à se poser.
Car
, il faut s'y attendre, nous aurons toujours, de temps en temps, voire fréquemment, de mauvais dirigeants.
On ne sait pas qui est le meilleur ou qui est le pire, qui est bon ou qui est mauvais.
On ne sait pas si la source du pouvoir doit être la majorité ou une minorité éclairée.
Parfois le pire est meilleur que le meilleur et le fol plus sage que le sage.
L'élection démocratique élit le pire comme le meilleur.
L'hérédité du pouvoir accouche parfois du meilleur, comme elle accouche parfois du pire.
Selon Popper la véritable question à se poser est celle-ci :

Comment organiser le fonctionnement des institutions politiques afin de limiter autant que faire se peut l'action nuisible de dirigeants mauvais ou incompétents -qu'il faudrait essayer d'éviter, bien que nous ayons toutes les chances d'avoir à les subir quand même ?

Je crois pour ma part que cette question on peut la poser aussi pour d'autres institutions que les institutions politiques (mais tout n'est-il pas politique en dernière analyse ?).
On peut la poser aussi pour les institutions financières, industrielles, commerciales, culturelles, sportives, universitaires, internationales, religieuses, etc.
Il s'agit, grâce à la force des règles et des lois, de permettre aux organisations humaines, et aux humains qu'elles ont pour mission de servir, de ne pas subir trop de dommages de la domination sur elle des humains, toujours, en fin de compte, constamment ou par moment, incompétents ou mauvais, rarement compétents.
J'ajouterais aussi que
, dans une démocratie, cette force des règles et des lois servirait à protéger les organisations, et à nous protéger nous-mêmes, contre de mauvais électeurs.
Les électeurs ne sont pas plus compétents et sont aussi mauvais que les élus très souvent (pour ne pas dire tout le temps).
J'en connais qui ont élu Adolf Hitler (en Allemagne) ou Maurice Duplessis (au Québec) ou George W. Bush (aux États-Unis), par exemple, ou tel ou tel maire à Saguenay ou Montréal ou Québec ou Toronto, ou tel ou tel président de république en France et telle ou telle chancelière en Allemagne.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire