mercredi 20 janvier 2010

À bas les dictatures (commerciales et autres)!

(Cliquez l'image pour être conduit à l'article)

Quand je lis un article comme celui dont vous voyez l'en-tête et le titre ci-dessus (l'article est ici), je suis toujours étonné que la personne ou la société qui est menacée de poursuite sous un prétexte quelconque, et dont les chances sont grandes de perdre sa cause dans le pays où la poursuite serait engagée (ici les États-Unis), n'ait pas recours à des compagnies-sœurs (ou à des sites-frères) dans d'autres pays où les lois sont différentes pour obtenir les informations qu'elle désire obtenir et les publier ensuite sur la Toile à partir de pays où elle ne court pas le risque d'être condamnée. Pour ensuite les reprendre -au moyen de citations- là où les bénéfices qu'elle escompte seraient les meilleurs possibles pour elle, et sans risque insurmontable.
Quelqu'un pourrait-il m'expliquer quelles seraient les objections et les risques?
Y a-t-il des lois internationales contre la liberté?
Pour ma part je crois que jouer les lois les unes contre les autres, que ce soit à l'intérieur d'un même pays ou dans des pays différents, est un gage de liberté -et de libération- pour les personnes.
J'aime bien les produits Apple -dont j'utilise quelques-uns depuis leur création- mais je suis peu favorablement disposé à l'égard d'agissements de cette compagnie qui me semblent équivaloir à ce qui se passait naguère en URSS, à ce qui se passe aujourd'hui en Chine et dans les autres dictatures de droite ou de gauche dans le monde (toutes au demeurant appuyées par la Chine).
Je n'aime pas que les compagnies et les corporations ressemblent à des dictatures.
Je suis toujours en faveur des personnes, contre les collectivités vouées au pouvoir et au profit, que celles-ci soient des états ou des corporations.

Et, en toutes circonstances, je suis toujours contre l'utilisation de la menace et de la peur dans les relations humaines.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire