jeudi 19 novembre 2009

Une hostie pour Pinochet


C'est devant ces photos que j'ai compris que l'Église catholique romaine serait prête à toutes les compromissions devant n'importe quel dictateur, quels que soient les crimes de celui-ci, pourvu qu'il se proclame catholique et reçoive la « sainte communion » des mains de Sa Sainteté ou de son nonce ou de son cardinal.
Car la photo devant laquelle j'ai tout compris c'est celle où Jean-Paul II (c'est lui le pape sur les photos, vous aviez reconnu ce « saint » homme, ce « showman ») donne sans état d'âme apparent une hostie à Pinochet (le dictateur de la photo), dont il ne pouvait ignorer les crimes à l'égard d'une grande partie de la jeunesse chilienne (et même étrangère et même chrétienne).
Il agissait ainsi comme tous ses prédécesseurs à l'égard de Franco, de Salazar, de Mussolini et de tous ces dictateurs latino-américains ayant pris le pouvoir de n'importe quelle façon, la plupart du temps par le meurtre et l'assassinat et par les massacres.
Et comme ses autres prédécesseurs tout au long de l'histoire en faveur des rois et empereurs et autres seigneurs, qui pouvaient impûnément faire tuer ou brûler tous ceux qu'ils désiraient pourvu que ce soit pour la plus grande gloire du dieu chrétien et le progrès de l'Église dans la soumission des âmes et des corps*.
La seule exception étant Ambroise de Milan qui interdit à Théodose (né, comme plus tard Franco, en Galicie) l'entrée de la cathédrale de Milan pour avoir ordonné le massacre de Thessalonique.
Jusqu'à ce que cet empereur si imbécilement** catholique s'humilie et reconnaisse sa faute en s'agenouillant devant Ambroise.
Depuis ce jour, tous les pontifes romains se cachent derrière Ambroise (qui a été canonisé mais ne fut jamais pape) pour manger toutes les couleuvres que leur tendent les dictateurs et monarques catholiques -et même participent aux crimes de ceux-ci, sous prétexte qu'il faut protéger leur Église de possibles représailles.
C'est ce qui a permis à Pie XII, par exemple (et ce n'est qu'un bien petit exemple, je m'y arrête parce que le petit ancien nazi allemand que les catholiques ont maintenant comme pape désirerait beaucoup canoniser ce prédécesseur pour le récompenser de son soutien passif au Führer), c'est ce qui a permis au pape Pacelli, donc, de ne pas condamner Hitler alors que celui-ci industrialisait l'Holocauste des Juifs et de tous ceux qui lui déplaisaient et déplaisent également à toutes Leurs Saintetés.

* Et je n'évoque pas les petits dictateurs catholiques de province -appuyés silencieusement par nos seigneurs les évêques et leurs prêtres- que nous subissons encore aujourd'hui ici au Québec, ce serait leur faire trop d'honneur. Disons quand même que non seulement ils ne reconnaissent pas leurs délits mais ils les transforment en exploits.
Et du délit au crime...


** Il a mis fin à la tolérance religieuse dans l'Empire romain en interdisant le paganisme, l'enseignement de la philosophie grecque et il a aboli également, pour des raisons religieuses, les Jeux olympiques (à quoi bon un corps sain quand on n'espère plus que d'être une âme et que ce qu'on espère uniquement c'est d'atteindre le ciel le plus rapidement possible, comme les millénaristes qu'étaient tous les Chrétiens ? et comme les Islamistes aujourd'hui ?)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire