mardi 27 octobre 2009

Une Fête musicale de l'obésité

Cette photo ne rend pas justice à la
taille actuelle -bien plus forte- de
Johan Botha

À propos de la projection en direct au cinéma de l'Aïda de Verdi du Metropolitan Opera samedi dernier (dont Denise Pelletier sur son blogue (ici) parle avec beaucoup de pertinence), quelqu'un près de moi (j'imagine qu'il avait aussi des douleurs dans le cou étant donné la rangée où nous avons été obligés de nous asseoir) évoquait la représentation d'Aïda dans les Thermes de Caracalla à Rome où il y avait des éléphants.
Il y avait des chevaux dans celle du Metropolitan mais, si l'on est un peu méchant, on pourrait dire qu'il y avait aussi des éléphants, mais humains, en la personne des trois premiers rôles de l'opéra.
Voyez Johan Botha ci-dessus (page en anglais au bout de ce lien) et je ne présente pas les interprètes féminines, j'aurais l'impression d'être sexiste.
On croyait assister, en plus d'à une fête du théâtre musical et vocal, à une fête de l'obésité.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire