vendredi 23 octobre 2009

New York colonial

Vous croyez-vous à New York?
Pourtant il existe aussi ce New York colonial.
La Chapelle Saint-Paul, -sur Broadway, dans Downtown (tout près de notre hôtel)-, a été construite en 1766 sous George III *, dernier roi d'Angleterre à avoir régné sur les futurs États-Unis (et premier à avoir régné sur la Nouvelle-France conquise. Il y a peut-être lien de cause à effet entre ces deux faits).
Elle est donc de style géorgien et veut ressembler un peu à Saint-Martin-in-the-Fields ** (ou , page en anglais au bout de ce lien) à Londres, comme la plupart des églises construites à la même époque dans ce qui deviendra l'Empire britannique (la cathédrale anglicane de Québec y aspirait aussi mais son style -quoique géorgien- en diffère bien davantage que celui de la Chapelle Saint-Paul).
C'est là que George Washington est venu se recueillir après son investiture en 1789 (
New York était à cette époque la capitale des nouveaux États-Unis).
Épargnée par la tragédie du 11 septembre 2001, qui s'est passée tout près, la
Chapelle a servi de refuge à des blessés et à d'autres victimes de l'attaque des «Tours jumelles».
Est-ce une autre illustration de la vérité du vers du fabuliste Florian?

Pour vivre heureux, vivons cachés.

* Il est en quelque sorte responsable de leur perte par l'Angleterre, ayant voulu imposer des impôts et taxes aux habitants des colonies qui formeront les États-Unis sans qu'ils soient représentés au parlement de Londres.
Tout cela était sans doute un prétexte, les causes de la perte étant plus profondes.
Si le monarque anglais règne encore aujourd'hui sur le Canada et le Québec c'est à cause de l'afflux des «Loyalistes» après l'indépendance étatsunienne (15 à 20% de la population des colonies anglaises qui formeront les États-Unis).
** Voici l'église de Trafalgar Square à laquelle les petites églises anglicanes ou épiscopaliennes de l'Empire britannique blanc rêvent de ressembler,
Saint-Martin-in-the-Fields:

2 commentaires:

L'estro armonico a dit…

Cher Jacques,

Très jolie suprise que la découverte de cette petite chapelle dont j'ignorais l'existence. Les legs du passé dans cette ville moderne me fascinent. Je m'y attarderai le jour où je me rendrai à New York et vous en remercie d'avance.

Amitiés,

G.

Jack a dit…

J'espère que vous irez bientôt, car j'aimerais beaucoup que vous y preniez quelques-unes de vos photos magiques.

Publier un commentaire