mardi 19 août 2008

Monument de Staline à Gori

Et voici une photo publiée par l'Agence Reuters dans la fenêtre du bas de page de ce blogue à 15h44 qui illustre bien ma note d'hier sur la Russie et le Géorgie.
Voici le mal honoré et magnifié dans un monument à Gori:

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Le mal, le bien, les gentils, les méchants,.....c'est digne de Candy cette vision des choses.

Staline, l'homme qui a sauvé le Monde en écrasant le nazisme. Merci à lui.

Jack a dit…

Sans le Canada et les États-Unis, le nazisme n'aurait pas été écrasé, ni par Staline ni par aucun pays européen. Au contraire.
Staline, comme Hitler, a été le mal sur la Terre en plus d'être un con.
Vous connaissez bien peu l'histoire, je pense, ou vous êtes un croyant communiste incapable de voir les choses comme elles sont à cause de vos croyances.

Steen a dit…

Sans la Russie, le nazisme n'aurait pas été écrasé, ni par les Etats-Unis, ni par le Canada, ni par aucun autre pays Européen. C'est bien mal connaître l'histoire que de diaboliser Staline; et bien mal connaître l'époque pour dire qu'il était un con. Je sais totalement qu'il était bien plus cultivé que vous et moi.

Jack a dit…

Hélas! la culture n'empêche pas la connerie.
Ni l'appétit pour le meurtre et le massacre.
En ce qui concerne l'écrasement du nazisme, je sais que nous, en Amérique du Nord, nous avons, en supportant les efforts de l'Angleterre et de la Russie par nos subventions et par nos fournitures d'armes, et par nos soldats morts sans bénéfice pour nous, vaincu le nazisme.
Sans bénéfice pour nous car nous n'avons pas occupé des pays et ne leur avons pas imposé de régimes dictatoriaux après avoir massacré leur population comme les Russes, sous la direction de Staline, l'ont fait.
S'il n'en avait tenu qu'à moi, maintenant que je sais ce que vous pensez, j'aurais laissé les Européens s'entretuer et être heureux sous leurs dictateurs.

Anonyme a dit…

Même si il est désolant que l'effort de Guerre du Canada soit sous-estimé au profit des Etats-Unis, je trouve grave d'affirmer que l'Amérique du Nord ne trouvait aucun intérêt à lutter contre le nazisme. J'estime que si l'Allemagne et sa politique avait gagné la Seconde Guerre Mondiale et donc s'était étendu jusqu'à la Russie, l'Amérique se serait trouvé bien seul sur le plan international et l'histoire serait bien différente.

Concernant Staline, si on passe outre le sentimentalisme primaire qui semble régner dans notre "merveilleuse période", il est nécessaire de souligner le génie politique de l'homme. Même si la forme n'est pas très humaine (bien que Calliclès dirait le contraire), il est remarquable que Staline ai réussi à gouverner une nation aussi multiculturel est attardé (culturellement et technologiquement) que le bloc de l'est. Et même si je n'approuve ni l'idéologie communiste, ni le stalinisme, on se doit de souligner le génie de l'homme, génie du mal certes, mais génie.

Jack a dit…

Le Canada était un petit dominion mais avec d'infinies ressources et, grand bien nous fasse, sans génie politique pour le gouverner (il est cela encore aujourd'hui).
Ses possibilités de résistance étaient illimitées, surtout avec l'appui des États-Unis et du général Hiver, qui est aussi au service du Canada comme il l'est de la Russie.
Quant à l'appréciation de son effort, je préfère qu'il soit sous-estimé: pour vivre heureux, vivons caché.
(D'ailleurs ses gouvernants -parce qu'ils sont cachés- ont commis leur part de génocides -silencieux, rampants- sur les Amérindiens et sur les Francophones)
Les génies politiques sont toujours des génies du mal et, dans tous les cas, je préfère Socrate à Calliclès.
Mais je vois que vous n'êtes pas un communiste primaire comme ceux qu'on rencontre parfois encore avec surprise en Europe.
Soyez assuré que je l'apprécie.
Pour ma part, je n'aime pas trop les États-Unis, ni le Canada, ni le capitalisme, ni rien de ce qui existe (et pas plus l'Asie que l'Europe ou l'Océanie et pas plus telle religion que telle autre), à l'exception de certaines œuvres d'art et à condition de ne pas trop connaître les sacrifices en vies humaines que leurs auteurs ont exigé pour les créer.
Quant à Staline et Hitler (et Mao et tutti quanti) je les hais mais les comprends car je porte aussi en moi (comme tous les humains sans doute) ce «côté obscur» auquel ils se sont abandonnés.
Il aurait mieux valu qu'ils n'aient pas de génie même du mal et que les nations qu'ils ont réussi à dominer avec ou sans brio s'écroulent pour l'éternité si cela avait permis à leurs citoyens de vivre -libres et en paix- une vie bourgeoise et sans génie.

Steen a dit…

Il est certain que l'hiver a changer bien des batailles. Concernant le "pour vivre heureux, vivons caché", étant Suisse, je comprend très bien cette volonté. Mais il est clair qu'aucun, strictement aucun peuple, n'a réalisé de massacres, génocides et autres horreurs.
Mais soyez rassuré, je ne suis absolument pas communiste. J'apprécie juste me faire l'avocat du diable et j'ai horreur qu'on diabolise les personnes ("il est bête et méchant"). Sans ces grands génies du mal qui ont trouvé les failles de nos sociétés, je doutes que nous vivions en paix.

Publier un commentaire