vendredi 15 août 2008

Barbarie russe (et orientale)

Avoir les Russes comme alliés ou libérateurs est la dernière chose que je souhaite à un quelconque peuple du monde.
Déjà, les récits ou les films portant sur la prise de Berlin en 1945 (ci-dessus) m'avaient presque fait souhaiter que les troupes nazies aient repris quelques forces à ce moment-là, le temps de massacrer les troupes russes qui arrivaient à Berlin. Et le temps de permettre aux Occidentaux d'arriver.

Mais enfin, me disais-je, des communistes massacrant des nazis, c'était des assassins assassinant des assassins. J'aurais aimé que les assassinés à leur tour assassinent les assassins.
Mais comme on le voit aujourd'hui avec ce qui se passe en Ossétie du Sud (dont je favorise l'indépendance à l'égard de la Géorgie) , en Géorgie, bientôt en Abkhazie (dont je favorise également l'indépendance à l'égard de la Géorgie), et si l'on se souvient de ce qui s'est passé il y a peu en Tchétchénie, (dont évidemment je favorise l'indépendance à l'égard de la Russie) *, il faut bien constater que ce n'était pas le communisme qui avait fait des Russes des barbares.
Ils l'étaient déjà.
Et ce sont peut-être eux qui ont transformé le communisme en quelque chose de barbare.
Et puis on se souvient de Budapest en 1956 et de Prague en 1968.
Ils étaient déjà barbares et depuis longtemps.
À l'époque d'Ivan le Terrible où ils prenaient leurs leçons auprès de la Horde d'or des Mongols, ils l'étaient.

Et encore sous Pierre le Grand (son surnom aurait dû être «le sanglant») et sous Catherine la Grande.
Impossible de les civiliser malgré tous les efforts.
Et quand on voit le tour que prend la «démocratie» en Russie, on se dit que ce peuple, décidément, ne mérite ni de se gouverner lui-même, ni d'être armé.

Qu'il devrait se limiter à écrire comme Pasternak, Soljenitsyne, Dostoïevski, Gogol, Tchékhov, Tolstoï, etc. , ou faire de la musique comme Tchaïkhoski, Rachmaninov, Chostakovitch, etc.
Rétrospectivement on peut présumer que les Russes, dans toutes les guerres auxquelles ils ont participé, ont toujours été identiques à eux-mêmes.
On dirait que le mal vient toujours de l'Est (de l'Orient d'où viennent aussi toutes les religions fanatisantes?)

En ce qui concerne la Russie, heureusement qu'elle a ses écrivains et ses musiciens pour justifier son existence mais il faut noter qu'ils ont toujours été condamnés par les instances politiques soviétiques ou russes ou qu'ils ont dû faire carrière à l'étranger. Preuve supplémentaire du sentiment que j'exprime ici!
Voici le premier mouvement (une peu coupé à la fin mais excusez-moi car je n'ai pas pu en trouver une interprétation qui soit complète) du Concerto pour piano en si bémol mineur op. 23 de Tchaïkhoski joué par Cecile Licad (ce lien conduit à une page en anglais) en 1982 avec l'Orchestre symphonique de Chicago dirigé par Georg Solti.




Et voici un bandeau présentant un certain nombre d'écrivains russes qui me semblent géniaux et justifier -mais eux seuls avec les autres artistes russes- l'existence de la Russie, -ceux que j'ai énumérés ci-dessus et dans l'ordre où je les ai énumérés :


* J'ajoute, en 2014, l'Ukraine et la Crimée, et il y en aura d'autres tant que la Russie ne sera pas mise hors d'état de nuire et impitoyablement divisée.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire