jeudi 24 janvier 2008

Crise boursière

Évidemment mon regard sur la baisse de valeurs des actions boursières est assez détaché car mes revenus ne proviennent pas de cette source. J'ai quelques actions mais elles vaudront toujours plus que je ne les ai payées: elles sont le fruit de démutualisations. Mais on a l'impression de mouvements de gens acharnés à perdre encore plus qu'ils n'ont déjà perdu. Je ne connais pas bien la situation des gens qui achètent et vendent des actions mais là comme ailleurs, me semble-t-il, la peur est mauvaise conseillère. Si la corporation dont on a des actions est solide je ne vois pas pourquoi on vendrait les actions qu'on y possède. Si elle n'est pas solide on n'y investit pas et si on y investit malgré tout on reste zen, on accepte sa perte : inutile de tout contaminer ses avoirs et de tout transformer en perte.
Mais peut-être y a-t-il eu achats à crédits, rappel de prêts, etc.
Ou maladive cupidité -qui règne non seulement dans le domaine de l'argent mais, hélas, dans le domaine du sentiment, et partout.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire